Somewhere Around Nothing

Il était une fois... les Maraudeurs. Venez réécrire ce conte, laissez planer votre imagination et faites nous une histoire !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Prendre le temps de respirer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Morgan O'Reilly
Morgan O'Reilly


Masculin Age : 34
Messages : 123

Humeur : Curieuse
Baguette : 24,5 cms, bois de vigne et en son centre, un poil de sphinx
Sort favori : Lumos ! Quand on a peur du noir, c'est quand même mieux...

Guide de l'élève
Patronus: Une roussette (chauve-souris)
Épouvantard: Crocdur !
Freestyle:

Prendre le temps de respirer Vide
MessageSujet: Prendre le temps de respirer   Prendre le temps de respirer Icon_minitimeLun 24 Mai - 0:54

Morgan secoua sa main dans tous les sens, tentant de se défaire du bout de sparadrap qui y était collé. Il secoua plus fort, grognant légèrement mais le petit bout collant tint bon, semblant le narguer alors que, quittant enfin le bout de son index, il allait se coller contre son majeur... Damnées techniques de soin moldues dont il ne saurait pourtant pas se passer ! L'infirmerie était plus qu'inutile lorsqu'on avait juste réussi, dès le premier jour, à se couper sur une page d'un manuel...

Enfin, en désespoir de cause, il fit ce qu'il aurait probablement dût faire depuis le début : utiliser son autre main...

Le pansement alla trouver un abri au fin fond de la poche de son uniforme et Morgan pu se concentrer enfin sur ce qui l'entourait.
La rentrée scolaire à Poudlard avait eu lieu la veille et l'effervescence régnait encore plus que largement dans les couloirs. Les premières années s'extasiaient, liaient connaissance, découvraient toutes les bizarreries de l'école... D'ailleurs à ce sujet, lors du repas d'après répartition, le professeur -et directeur- Dumbledore avait prit quelques minutes pour leur faire part de ce grand sujet qui faisait débat dans le monde de la magie, à savoir : l'alignement des planètes. Chez lui, Morgan n'avait pas vraiment pu constater des problèmes que cela engendrait et il lui semblait même légèrement inapproprié que les sorciers soient aussi bavard à ce sujet que les moldus...

Pourtant, le directeur avait à peine terminé son discours que les plats étaient arrivés sur les tables en commençant par le dessert et en trempant un doigt dans un glaçage sensément de sucre rouge, Morgan avait grimacé comme si on l'avait empoisonné. Du sel... Plutôt infâme sur un gâteau...

En quelques minutes, les plats étaient venu s'ajouter "par dessus" les desserts, avec des poulets pas cuit, voir encore vivant, des légumes carbonisés, des oeufs dur dont un poussin craquait la coquille...

Il avait été aussi hébété que la quasi totalité des élèves. Seuls les sangs pur, probablement un peu plus habitués que les autres à ce genre de phénomènes qui semblaient être récurant ces derniers jours prenaient les choses si pas "bien", néanmoins avec une attitude un peu blasée qui en disait long sur leur lassitude à ce sujet.

Comme prévu, après quelques minutes d'intense cafouillage, tout était revenu dans l'ordre... Les plats avaient à nouveau disparus pour réapparaître l'instant d'après, correctement préparé et bien servit. Et malgré sa réticence première à y goûté à nouveau, Morgan dût rapidement admettre que comme toujours, les elfes de maison auraient bien mérité un prix de cuisine.

Aujourd'hui aussi, il y avait eu un incident. Rien de grave du moins mais Morgan avait mit presque 30 minutes pour se rendre dans les cachots pour le cours de potion... Un chemin qui n'aurait dût lui en prendre que 10 sans se presser ! Mais les escaliers s'étaient affolés, changeant de direction sitôt qu'un élève posait le pied dessus, obligeant ces derniers à user d'une certaine ruse pour arriver à destination... Au moins avaient il collaboré les uns avec les autres et, pour ce qu'il en savait, cela avait même lier quelques amitiés. Comme quoi : à tout malheur quelque chose est bon.

Revenant un peu à l'instant présent, Morgan avisa un petit banc en pierre dont le blason de l'école ornait un côté massif. Allant poser ses fesses dessus, il soupira légèrement en sortant de sous sa cape un volume d'alchimie que son père lui avait offert pour son anniversaire. Peut être pas très soigneux, il en avait déjà corné quelques pages, gardant à l'esprit quelques formules qu'il se plairait sans doute à adapter durant l'année... On ne se refaisait pas n'est ce pas ?

Bien que le fond de l'air fut frais, les vestiges d'un été très chaud permettait de sortir avec des vêtements si pas léger, néanmoins pas d'hivers. Sa cape lui paraissait d'ailleurs de trop et défaisant l'attache de cette dernière, Morgan la tira à lui pour la poser à ses côtés. Sa cravate fut vite dénouée pour la rejoindre et ses yeux glissèrent lentement sur les lignes manuscrites. Il avait encore une bonne heure de libre devant lui avant de de voir se rendre au cours de botanique. Et par chance, les serres se trouvant à l'extérieur, aucun risque pour qu'il soit interrompu sur le trajet ! Enfin...

Morgan leva le nez de son livre pour observer, à l'autre extrémité du lac, la lisière de la forêt interdite. Une légère chair de poule remonta le long de son dos jusqu'à hérisser les cheveux court sur sa nuque. Non, depuis 6ans qu'il était là, il ne s'était toujours pas fait à cette imposante et sombre forêt. Pas plus qu'à son garde forestier et son -atrocement- féroce animal de compagnie. Crocdur... Rien qu'à l'entendre aboyer, Morgan en perdait ses moyens !

Décidant d'ignorer ce sujet délicat pour éviter de se monter une crise d'angoisse en épingle à cheveux, Morgan reposa le nez à nouveau sur son livre, lisant avec une grande attention la particularité des poils de demiguise une fois qu'on les associait avec un foi de rat, un soupçon d'aconit, du souffre de dragon mâle et un rien d'eau de fontaine bénie une pleine lune d'octobre...
_________________
Prendre le temps de respirer 140
Je n'connais rien de sa vie
Je découvre son odeur
Et l'émotion qui m'envahit
Me fait un peu peur
On a laissé tomber la nuit,
J'ai écouté battre son cœur
J'ai l'impression qu'j'ai r'ssenti
C'qui s'appelle Le bonheur!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kerwan Selwyn
Kerwan Selwyn
Sometimes a Dream turns into a Dream...


Masculin Age : 29
Messages : 183

Humeur : S'ennuis un peu... Y aurait pas un bouffon dans le coin ? ...Morgan, t'es là ?
Baguette : 30,5 cm, bois d'acadia, plume d'auguray

Guide de l'élève
Patronus: Renard Roux
Épouvantard: Lui-même, mort
Freestyle:

Prendre le temps de respirer Vide
MessageSujet: Re: Prendre le temps de respirer   Prendre le temps de respirer Icon_minitimeLun 24 Mai - 1:28

Kerwan observait Bartemius mi-figue, mi-raisin. Son cadet lui racontait, avec grand renfort de gestes et de simagrées comiques, ce qu'il avait fait de ses vacances. Et il était pourtant des plus sérieux. Les deux jeunes hommes marchaient côte à côte dans les cachots. Kerwan, les mains dans les poches, se contentait d'observer son cadet qui, de son côté, était habitué aux périodes moins loquaces de son ami.

Fidèle à son habitude, Rabastan vint interrompre Bartemius sans plus de façon, s'imposant auprès de Kerwan pour le saluer de façon bien trop pompeuse pour lui. Mais, jouant le jeu parce que ça ne lui coûtait rien, l'amusant plus qu'autrechose, Kerwan rendit ses salutations à Rabastan, lui demandant poliment ce qu'il avait fait lui aussi de ses vacances, lui racontant en surface ce que Barty lui avait déjà dit pour que le jeune homme ne se sente pas de trop.

Et d'après le sourire resplendissant qui s'affiche sur le visage de ce brave Bartemius, il avait touché un bon point. Les trois garçons se dirigèrent jusqu'au rez-de-chaussée et c'est en discutant encore une fois de l'alignement des planètes qu'ils se séparèrent.

Kerwan en avait assez de parler de ça. Il ne pouvait pas se passer une seule journée sans que ces maudites planètes ne soient mentionnées. Certes, c'était un désagrément qu'ils ne pouvaient ignorer. Mais, la frénésie qui habitait ses amis purs à la mention de cet alignement lui donnait froid dans le dos. Même ses parents semblaient trouver que, selon leurs mots, c'était un « très bon moment pour faire connaître le Lord. » Oui... à donner froid dans le dos.

Le jeune Selwyn ne savait encore que penser de tout ça. Certes, ça ne lui plaisait pas de savoir que ses parents étaient toujours en danger lorsqu'ils quittaient la maison. Mais au-delà de ça, il ne savait pas quoi dire lorsque le sujet venait sur le tapis pendant un repas en privé. Même ce brave Barty semblait être pris de cette fièvre... Bref, ça passerait... ou pas. Il se ferait une opinion lorsqu'il serait confronté à l'inévitable.

Kerwan en avait donc assez de cette discussion et laissa les deux garçons ensemble, prétextant un mal de crâne et un besoin de prendre un peu d'air frais après le repas chaotique auquel ils avaient eu droit.

Ah... ce repas... Lorsque Le dessert était arrivé en premier, personne de sa table n'avait bougé. Ils avaient tous lancé de noirs regards à la table, avaient pincés les lèvres et attendu. Et ils avaient bien fait, car des « beeeuuurk » se firent entendre ça et là. Finalement, lorsque des poules courant partout étaient apparues, Kerwan s'était frappé le front contre la table, pestant contre ces saloperies de planètes.

Bref, il était à présent dehors. Il inspira profondément, emplissant ses poumons d'un air bien plus pur que celui trouvé à Londres. Ce qu'il était bien à Poudlard.... Et dire que sa mère avait voulu le priver de cette expérience ! Encore heureux que son père le couve moins qu'elle... Non, décidément, il allait profiter au maximum de cette dernière année, car après, c'en serait terminé de Poudlard.

Dehors, le temps était doux, preuve que si le beau temps se sauvait, au moins, il ne le faisait pas trop rapidement. Quelques élèves se promenaient ça et là, probablement bien heureux de se retrouver après tout un été les uns loin des autres. Mais, dans l'ensemble, c'était relativement calme et lorsque finalement, le regard de Kerwan se déplaça vers un point précis, un mince sourire étira ses lèvres. Eh bien... ça pour une surprise.

L'héritier des Selwyn se dirigea lentement vers une grande et mince silhouette qu'il connaissait bien, amusé. Son petit bouffon favori... Quelle surprise ! Il s'arrêta juste devant le garçon, repoussant une petite pierre du bout de son soulier tout en observant le lac un peu plus loin. Puis, il en revint au jeune homme.


- Morgan O'Reilly... ! Eh bien, encore là, toi ? Tu as de nouveaux arguments à me présenter, histoire que je me bidonne ?

Kerwan s'assit sans plus de façons près du dit Morgan O'Reilly, ravit malgré lui de retrouver cet étrange Serdaigle qui, il fallait l'avouer, le faisait bien marrer quand il s'y mettait.

Le Serpentard se sépara de sa cape et, avec une petite grimace, en fit de même pour sa cravate avant de sortir sa chemise de ses pantalons. Rabastan s'était longtemps outré de cette propension à être décontracté. Il l'avait fait jusqu'à ce que Kerwan lui réplique qu'il n'était pas sa mère, ce que Rabastan avait pris plus mal qu'il ne l'aurait cru.

Il prit un moment de silence, observant les alentours, puis en revint au jeune homme, assez rapidement tout de même, ne lui laissant pas le temps de commencer à lui exposer réellement son opinion sur ci ou ça.


- Alors, les planètes font parler chez les moldus aussi, à ce qu'on dit ? Raconte... ça pourrait aussi me faire marrer !

Kerwan afficha son plus beau sourire, plongeant dans ces deux billes d'un bleu peu commun.
_________________
♥️♥️♥️


Dernière édition par Kerwan Selwyn le Jeu 27 Mai - 8:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://around-nothing.forumactif.org
Morgan O'Reilly
Morgan O'Reilly


Masculin Age : 34
Messages : 123

Humeur : Curieuse
Baguette : 24,5 cms, bois de vigne et en son centre, un poil de sphinx
Sort favori : Lumos ! Quand on a peur du noir, c'est quand même mieux...

Guide de l'élève
Patronus: Une roussette (chauve-souris)
Épouvantard: Crocdur !
Freestyle:

Prendre le temps de respirer Vide
MessageSujet: Re: Prendre le temps de respirer   Prendre le temps de respirer Icon_minitimeLun 24 Mai - 2:00

Une ombre passa sur le paragraphe qu'il lisait et, étourdit, sa première réaction fut de donner un coup du dos de sa main sur le dessus de sa page pour la faire partir. L'ombre ne bougea cependant fatalement pas et Morgan releva les yeux sur l'intrus qui était ainsi venu l'ombrager. C'est que si le temps n'était pas froid, valait tout de même mieux être au soleil...

Avant même que l'adolescent devant lui ne prenne la parole, un petit sourire chaleureux se mit à flotter sur les lèvres du serdaigle. Kerwan. Un des rares élèves de chez serpentard avec qui il n'avait pas eu de démêlés suite à une petite conversation au sujet de leurs idées contraires sur... A peu près tous les sujets mais plus particulièrement celui de la pureté du sang. Encore que... C'était peut être un peu présumer que de parler de "conversation" puisqu'en réalité, les choses tournaient plus souvent qu'à leur tour en monologue. Kerwan parlait peu mais au moins, même s'il semblait ne pas réaliser l'importance de la conversation parfois, il l'écoutait. Ou pas... Mais il en avait l'air en tout cas !

N'avait il pas grandit pendant les vacances ? Peut être pas... C'était peut être d'être assit alors que le garçon était debout qui lui donnait cette impression. Oui peut être... Les cheveux toujours un peu en pagaille, son écusson vert et argent en évidence sur la poitrine, ce même petit sourire moqueur aux lèvres... Non, Kerwan n'avait pas réellement changé. Peut être la profondeur de son regard avait elle augmenté ou les traits de son visage s'étaient ils un peu plus imposés mais c'était tout. La logique de l'adolescence bien sûr...

- Morgan O'Reilly... ! Eh bien, encore là, toi ? Tu as de nouveaux arguments à me présenter, histoire que je me bidonne ?

Ha oui, ne fallait pas oublier cette pointe d'ironie mêlé au sarcasme... Morgan ne répondit rien sur l'instant, comme butant sur ce qu'il devait dire en premier... Répondre à sa question ? Lui dire bonjour ?

Kerwan sembla trancher pour lui alors qu'il s'essayait à ses côtés, se défaisant, comme lui même un peu plus tôt, de sa cape et de sa cravate, allant même plus loin en sortant la chemise de ses pantalons. Un peu négligé pour un de ces fiers serpentards qui aimaient à être impeccable non ? Encore que, l'adolescent lui avait déjà prouvé par le passé qu'il n'était pas exactement comme les autres élèves de sa maison. Preuve en était le fait qu'il vienne bavarder avec lui même s'il semblait évident qu'il y avait dans ce geste un soupçon de moquerie assaisonnée d'un je ne sais quoi sociale mais pas réellement parlant niveau camaraderie.

Finalement, alors que Kerwan commençait à regarder le paysage autours d'eux, Morgan ouvrit la bouche pour salut le jeune homme et puis commencer à bavarder puisque c'est bien pour ça qu'il était là non ? Il devait lui parler, entre autre chose, de ce journal qu'il réclamait depuis tellement de temps et qui allait peut être ouvrir ses portes cette année. Mais pas le temps d'en placer une que Kerwan reprenait la parole, visiblement détendu et décidé à l'asticoter un peu :

- Alors, les planètes font parler chez les moldus aussi, à ce qu'on dit ? Raconte... ça pourrait aussi me faire marrer !

Morgan ferma à nouveau la bouche. Zut, ça faisait un sujet de plus à aborder tout à coup ! Refermant son livre, gardant les mains fermées sur la couverture et le tenant contre ses genoux, l'étudiant leva les yeux au ciel. Pourquoi fallait il que tout fasse toujours rire Kerwan ? Pourtant il semblait parfois prendre les choses tellement au sérieux !!

Morgan replaça une mèche de ses cheveux, un instant pensif et finalement il opina, commençant par... Le commencement sans doute !

- Bonjour Kerwan. Tu as passé de bonnes vacances ?

Un peu de sociabilité ne faisait de mal à personne sans doute non ? Néanmoins, après une courte pause pour laisser à Kerwan le temps de répondre sans développer immédiatement -ils y reviendrait probablement- Morgan reprit la parole, avisant chaque problème l'un après l'autre.

Leur petit "débat" à sens unique habituel déjà :

- Se serait plus amusant et plus constructif si tu y mettait un peu du tien, il faut admettre que je parle souvent tout seul et si ça ne me dérange pas outre mesure, je pense qu'il me plairait d'entendre le son de ta voix m'expliquant ce que tu peux bien en penser !

Morgan eu un petit rire amusé avant de se passer la langue sur les lèvres, les humidifiant dans un tic qu'avait tous les grands bavards alors qu'ils savaient qu'ils allaient devoir beaucoup parler.

- J'ai reçu une lettre de Dumbledore au sujet de ce journal que j'essai de faire ouvrir depuis longtemps à l'école. Il se pourrait qu'il voit le jour cette année, pour une période d'essai qui se prolongerait si ça marchait. J'en parle un peu autours de moi dans la perspective où ça prendrait effectivement forme. Tu ne serais pas tenté ?

Le serdaigle fait une nouvelle pause, plus courte que la précédente avant d'embrayer sur le dernier sujet, celui de l'alignement des planètes. Vrai que chez les moldus on en parlait énormément aussi... Souvent à tort et à travers fallait l'admettre...

- Ho tu sais, chez les moldus, on entend de tout... Beaucoup de la fin du monde ou de catastrophes en tout genre. Il n'y a que de rares sectes qui voit la dedans un signe positif comme la venu de leur dieu ou quelque chose de ce genre sur terre.

Morgan à un petit "hum..." pensif en tentant de se rappeler du dernier débat télévisé qu'il avait vu chez lui sur le sujet justement.

- C'est idiot mais cet évènement à des répercutions sur tout chez les moldus, surtout sur la bourse étrangement. Ca entraîne quelques crises financières...

Soupirant légèrement tout en triturant la couverture du livre toujours entre les mains, Morgan en revient à Kerwan :

- Pour ma part je n'avais pas assisté aux conséquences de cet évènement astronomique. Mon père m'en avait parlé, bien sûr, mais je pensais qu'il exagérait -parce que mon père exagère toujours tu sauras. En fait pas du tout, je t'avoue que le repas d'après répartition d'hier soir m'a scotché. C'est comme ça tous les jours chez toi aussi ?
_________________
Prendre le temps de respirer 140
Je n'connais rien de sa vie
Je découvre son odeur
Et l'émotion qui m'envahit
Me fait un peu peur
On a laissé tomber la nuit,
J'ai écouté battre son cœur
J'ai l'impression qu'j'ai r'ssenti
C'qui s'appelle Le bonheur!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kerwan Selwyn
Kerwan Selwyn
Sometimes a Dream turns into a Dream...


Masculin Age : 29
Messages : 183

Humeur : S'ennuis un peu... Y aurait pas un bouffon dans le coin ? ...Morgan, t'es là ?
Baguette : 30,5 cm, bois d'acadia, plume d'auguray

Guide de l'élève
Patronus: Renard Roux
Épouvantard: Lui-même, mort
Freestyle:

Prendre le temps de respirer Vide
MessageSujet: Re: Prendre le temps de respirer   Prendre le temps de respirer Icon_minitimeLun 24 Mai - 2:42

- Bonjour Kerwan. Tu as passé de bonnes vacances ?

Le dit Kerwan eu un petit sourire. Visiblement, le jeune homme près de lui avait hésité avant de finalement le saluer comme il se doit et comme lui-même aurait probablement dût le faire. Il hausse les épaule comme toute réponse tout d'abord, comme si ça n'avait que très peu d'importance.

Avait-il passé de bonnes vacances ? Entre les réunions secrètes auxquelles ses parents assistaient continuellement et les réceptions beaucoup trop snobs pour lui, pas vraiment. Mais, lorsqu'il repensait aux visages resplendissant de ses parents lorsqu'il les avait revu, à son lit douillet et sa chambre décorée selon ses goûts, à leur piscine tellement agréable lorsqu'il faisait trop chaud... Oui, peut-être que ces vacances avaient été tout autant bonne que mauvaises, finalement.

Alors à nouveau, comme si Morgan avait pu entendre son petit dialogue mental, il hausse les épaules.


- Assez bonnes, je suppose. C'est une excuse pour que je te renvoie la question ?

Morgan y répondrait de lui-même s'il y tenait réellement. Pas que Kerwan se foutait de la réponse, mais il ne trépignait pas non plus d'impatience. C'est un sujet toujours un peu barbant dont tout le monde semble parler seulement par obligation. Parce que c'est ça qu'il fallait demander aux copains par respect. Ok... sauf peut-être Barty qui lui, y mettait vraiment beaucoup de coeur...

- Ce serait plus amusant et plus constructif si tu y mettait un peu du tien, il faut admettre que je parle souvent tout seul et si ça ne me dérange pas outre mesure, je pense qu'il me plairait d'entendre le son de ta voix m'expliquant ce que tu peux bien en penser !

Ah ?... Un petit sourire moqueur aux lèvres, Kerwan releva la tête, observant avec attention Morgan. Ainsi, il voulait son opinion ? Mais Kerwan était très avare sur ce point bien précis... Et il trouvait amusant de voir Morgan balancer d'un côté et de l'autre, ne sachant pas ce qu'il devrait dire et ce qu'il ne devrait pas dire et, finalement, céder tout de même et tout déballer.

Ainsi, le Serpentard répond, espiègle :


- J'aimerais bien mieux savoir ce que, selon toi, je peux bien penser du sujet.

Mais de toute façon, comme à son habitude, le jeune homme continuait déjà sur un autre sujet. Eh bien... il était toujours aussi bavard celui-là. Pas que ça dérangeait Kerwan, bien au contraire. Il était amusant ce garçon, même si quelqu'un doté de moins de patience que lui, Rabastan, par exemple, lui aurait volontiers refait le portrait juste pour le faire taire.

- J'ai reçu une lettre de Dumbledore au sujet de ce journal que j'essai de faire ouvrir depuis longtemps à l'école. Il se pourrait qu'il voit le jour cette année, pour une période d'essai qui se prolongerait si ça marchait. J'en parle un peu autours de moi dans la perspective où ça prendrait effectivement forme. Tu ne serais pas tenté ?

Kerwan arque un sourcil à cette demande. Comment ce garçon savait-il qu'il affectionnait particulièrement le métier de journaliste et aurait sauté depuis longtemps sur l'occasion s'il y avait eu un journal à l'école ? Certes, il n'avait pas proposé l'idée lui-même, mais c'était surtout par manque de temps. Il n'avait pas envie d'avoir la gérance d'un journal étudiant. Mais, tant qu'à y participer, il aimerait au moins avoir un bon poste... Un poste de décision.

Il y réfléchit tout de même et, pendant ce temps, Morgan saute encore à un autre sujet, comme un joyeux papillon voletant ça et là au hazard.


- Ho tu sais, chez les moldus, on entend de tout... Beaucoup de la fin du monde ou de catastrophes en tout genre. Il n'y a que de rares sectes qui voit la dedans un signe positif comme la venu de leur dieu ou quelque chose de ce genre sur terre.

Et il papote encore un instant à propos de la bourse, des trucs débiles de moldus qu'ils n'ont pas eux. Mais, Morgan lui avait déjà un peu expliqué ce que la bourse était et franchement, c'était un peu con... Acheter des trucs qui n'existent pas vraiment pour ensuite les revendre à un prix plus élevé parce que d'autres en achètent... ou bien tout perdre parce que plus personne n'en veut. Oui, bon... Il n'avait pas tout compris. Restait que c'était un peu... idiot.

- Pour ma part je n'avais pas assisté aux conséquences de cet évènement astronomique. Mon père m'en avait parlé, bien sûr, mais je pensais qu'il exagérait -parce que mon père exagère toujours tu sauras. En fait pas du tout, je t'avoue que le repas d'après répartition d'hier soir m'a scotché. C'est comme ça tous les jours chez toi aussi ?

Kerwan hausse les épaules. Non, pas toujours, mais assez souvent. Il soupire, levant le visage vers le ciel, plissant que très légèrement les yeux alors que le soleil l'éblouit un peu. Mais celui-ci est déjà bien pâle en cette fin de journée automnale.

- Comme ci, comme ça... C'est encore léger, tu sais. Ce sera de pire en pire jusqu'à l'éclipse.

Le Serpentard balaie l'air devant lui de la main. Ce n'était pas important. Enfin, si... mais il n'avait plus envie d'en parler. Il avait été curieux un moment de savoir comment les moldus le vivait, mais c'était tout et là, il voulait seulement changer de sujet.

Alors, il revint au journal étudiant. Ou plutôt, à l'ébauche de ce journal étudiant... Le jeune homme observa le Serdaigle avec intérêt.


- Ce journal... En fait, ça pourrait être cool...

Il se mordille la lèvre inférieure, hésitant un moment. C'est que s'il se montrait trop enthousiaste, Morgan risquait de ne plus le lâcher... Et là, ce serait autre chose.

- Qu'est-ce que je ferais, moi ? Tant qu'à travailler pour le journal, je veux pouvoir donner mon idée sur l'aspect général et les sujets traités...

Rien de moins, naturellement. C'était même le strict minimum ! Mais ce garçon avait-il la tête pour gérer tout un journal étudiant ? Nah, pas seul et ça, Kerwan en était certain. Alors, très direct, il conclut :

- Tu ne sera pas capable de tout faire fonctionner à merveilles seul. Tu as tout à fait raison : tu as besoin de moi !

C'était une simple constatation... Du moins selon Kerwan.
_________________
♥️♥️♥️


Dernière édition par Kerwan Selwyn le Jeu 27 Mai - 8:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://around-nothing.forumactif.org
Morgan O'Reilly
Morgan O'Reilly


Masculin Age : 34
Messages : 123

Humeur : Curieuse
Baguette : 24,5 cms, bois de vigne et en son centre, un poil de sphinx
Sort favori : Lumos ! Quand on a peur du noir, c'est quand même mieux...

Guide de l'élève
Patronus: Une roussette (chauve-souris)
Épouvantard: Crocdur !
Freestyle:

Prendre le temps de respirer Vide
MessageSujet: Re: Prendre le temps de respirer   Prendre le temps de respirer Icon_minitimeLun 24 Mai - 12:39

Kerwan n'avait pas changé sa chemise niveau attitude durant les vacances scolaires. Il n'était visiblement toujours pas décidé à bavarder, ou plutôt débattre, avec lui. Lui dire ce qu'il croyait qu'il pensait ? Difficile de se dire qu'il pensait autrement que la bande de serpentards avec laquelle il trainait. D'autant plus difficile que Kerwan était sang pur et que pour ce qu'il le connaissait, le jeune homme avait l'air de quelqu'un de plutôt fier. La fierté menait facilement vers des opinions très extrêmes parce qu'on trouvait rarement quelqu'un qui soit capable de nous mettre des barrières...

Quand au sujet des vacances un peu plus tôt, Morgan avait haussé les épaules. Non ce n'était pas vraiment une invitation à ce qu'il lui pose des questions sur ses vacances et pour cause, il n'avait rien fait de particulier. Il y avait bien eu son anniversaire, au moins de juin... Ses parents lui avaient offert un nouveau kit de chaudron et de fiole vu l vitesse impressionnante à laquelle il avait tendance à percer et briser les siennes... Mais la famille O'Reilly n'avait pas bougé de chez elle. Enfin pas vraiment. Et pendant la 10aine de jours où toute la petite famille avait été réuni, ils s'étaient contenté de passer un peu de bon temps tous ensemble, à la maison.

L'intérêt de Morgan grandit rapidement lorsque Kerwan évoqua le sujet de l'alignement chez les sorciers. Hélas il ne sortit pas grand chose finalement de cette... Courte réponse. "comme ci, comme ça"... On faisait plus explicite comme réponse non ? Encore léger ? Après ce qu'il avait vu la veille au soir, le serdaigle peinait à imaginer ce que se serait une fois le phénomène à son paroxysme alors ! Mais vrai que Dumbledore avait lui même prévenu que les choses allaient empirer... Ce qui n'était pas très bon signe en soit.

Morgan sortit de sa légère léthargie lorsque kerwan revint au sujet du journal de l'école ce qui, bien sûr, mena un sourire ravit sur son visage. Bien sûr que ça pourrait être cool ! Une occasion de parler des débats de société et de voir le monde de façon un peu plus "jeune". Parce que la gazette du sorcier n'était pas toujours accessible à tous et surtout, comportait bien des pages qui n'intéressaient aucun étudiant. Se serait là l'occasion pour les élèves de trouver à chaque page des sujets et des articles de chose qui les préoccupait.

- Qu'est-ce que je ferais, moi ? Tant qu'à travailler pour le journal, je veux pouvoir donner mon idée sur l'aspect général et les sujets traités...

Le bleu et bronze eu un petit rire amusé. Ha oui, Kerwan ne devait pas faire que trouver ça "cool". Visiblement, l'idée lui plaisait plus qu'il ne voulait le laisser croire non ? En tout cas, il semblait avoir une idée toute faite de ce qu'il voulait faire pour le journal malgré sa question et comme de fait, la suite tendit à prouver à Morgan que Kerwan savait, comme souvent, très exactement où il allait :

- Tu ne sera pas capable de tout faire fonctionner à merveilles seul. Tu as tout à fait raison : tu as besoin de moi !

Le rire de Morgan s'intensifia alors qu'avec son aplomb habituel, Kerwan vendait sa cause sans vraiment lui permettre de refuser l'achat, lui laissant même entendre que c'était "son" idée. Et de toute façon, ça n'avait aucune espèce d'importance pour le serdaigle. Ce journal il le voyait comme un club, une communauté. Certes, pour que se ne soit pas l'anarchie, mieux valait une idée de hiérarchie... Mais il ne s'agissait là que de titre presque "honorifique" il va sans dire...

- Tout le monde aura son mot à dire. Et je suppose que de toute façon, il n'y aura pas qu'une seule tête à la direction de ce journal. Je prône toujours pour une certaine mixité tu sais bien.

Morgan se tait un instant, songeur, se disant qu'il serait peut être bon d'essayer d'aller en parler au professeur Dumbledore la prochaine fois qu'il en aurait l'occasion.

- Je ne demande pas à être rédacteur en chef. Si le post te plaît et que tu te sens de l'assumer, tu pourrais peut être venir avec moi voir le directeur et le lui dire ? Je suis sûr qu'il serait ravit de voir s'unir pour ce projet nos deux maisons.

L'étudiant à un petit "ha !" contemplatif :

- Je me rend compte que c'est une rudement bonne chose d'un point de vue tolérance ! Un serpentard sang pur et un serdaigle sang mêlé ! Ne nous reste plus qu'à trouver un né moldu pour faire un sacré trio tu ne penses pas ?

Le serdaigle se remit debout un instant, posant son livre sur sa cape le temps de s'étirer. C'est idiot parce qu'ils étaient arrivé la veille mais, comme à chaque fois, il avait du mal à se défaire des raideurs causées par leur voyage en train... Il devait fatalement prendre une mauvaise position dans celui ci... Mais depuis le temps il ne savait toujours pas laquelle...

Morgan remit ses mains dans ses poches en fixant Kerwan, souriant et plutôt satisfait de la perspective de monter le journal avec quelqu'un d'aussi calme.

- Tu as déjà une idée des sujets que tu voudrais traiter ? En ce qui me concerne, ils sont tout désigné mais je suppose que tu le sais déjà. Et j'aimerais parler un peu de l'après Poudlard... Interviewé quelques 7ème année et leur demander ce qu'ils vont faire à la suite.

Un élève de gryffondor passa à leur hauteur, lui faisant un petit signe de main tout en ignorant avec plus ou moins de facilité Kerwan. Ha oui... Certains clichés avaient la peau dure n'est ce pas ?

- Des premières années aussi. Comme ça si le journal perdure, je suis sûr qu'ils seront content de comparer ce qu'ils sont devenu avec ce qu'ils étaient 7ans plus tôt.

Revenant s'asseoir, Morgan eu un petit regard pour le lac non loin avant d'en revenir au visage à un peu pâle de Kerwan :

- Tu te voyais faire quoi en arrivant ici ? Et maintenant ?
_________________
Prendre le temps de respirer 140
Je n'connais rien de sa vie
Je découvre son odeur
Et l'émotion qui m'envahit
Me fait un peu peur
On a laissé tomber la nuit,
J'ai écouté battre son cœur
J'ai l'impression qu'j'ai r'ssenti
C'qui s'appelle Le bonheur!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kerwan Selwyn
Kerwan Selwyn
Sometimes a Dream turns into a Dream...


Masculin Age : 29
Messages : 183

Humeur : S'ennuis un peu... Y aurait pas un bouffon dans le coin ? ...Morgan, t'es là ?
Baguette : 30,5 cm, bois d'acadia, plume d'auguray

Guide de l'élève
Patronus: Renard Roux
Épouvantard: Lui-même, mort
Freestyle:

Prendre le temps de respirer Vide
MessageSujet: Re: Prendre le temps de respirer   Prendre le temps de respirer Icon_minitimeMar 25 Mai - 0:51

Le rire de Morgan se mêle agréablement au chant des oiseaux et cette fois, c'est un sourire sincère qui glisse sur les lèvres de Kerwan. Le Serpentard savait bien que son comportement énervait plusieurs personnes, bien qu'il ne s'en formalisait jamais. Cependant, ça faisait tout de même du bien de voir quelqu'un qui semblait apprécier ce côté là de lui aussi. Ce petit côté peut-être légèrement narcissique et surtout, assez suffisant.

C'est peut-être dès qu'il entendit ce rire bien franc, le genre de manifestation joyeuse qu'il n'avait pu entendre de tout l'été, que Kerwan commença à se dire que peut-être Morgan n'était pas qu'un bouffon. Oh certes, il se plairait à continuer de le clamer, mais de là à le penser...


- Tout le monde aura son mot à dire. Et je suppose que de toute façon, il n'y aura pas qu'une seule tête à la direction de ce journal. Je prône toujours pour une certaine mixité tu sais bien.

Kerwan sortit de ses pensées lorsque le jeune homme cessa de rire, reprenant plus sérieusement. Oui, bien sûr qu'il savait que ce garçon prônait la mixité. Comment aurait-il pu passer à côté, à moins d'être un idiot fini ? Il n'avait cesse de lui répéter que le sang ne faisait rien et que chaque personne était unique et blablabla...

- Je ne demande pas à être rédacteur en chef. Si le poste te plaît et que tu te sens de l'assumer, tu pourrais peut être venir avec moi voir le directeur et le lui dire ? Je suis sûr qu'il serait ravit de voir s'unir pour ce projet nos deux maisons.

Le Serpentard hésite à ces paroles. Il soupir, puis hausse les épaules.

- Non... Peut-être pas le rédacteur en chef. Je n'ai pas le temps pour ça. Mais je veux bien tirer quelques ficelles en arrière-plan par contre.

Être le chef, mais un chef qui n'en a pas cette apparence et qui laisse un autre faire semblant de prendre les décision : voilà l'idée du pouvoir pour Kerwan.

- Je me rend compte que c'est une rudement bonne chose d'un point de vue tolérance ! Un serpentard sang pur et un serdaigle sang mêlé ! Ne nous reste plus qu'à trouver un né moldu pour faire un sacré trio tu ne penses pas ?

Ah ouais... rien que ça. Kerwan fait la grimace à ces paroles, mais revient rapidement à un sentiment plus neutre. Il hausse les épaules. Oui bon.. Il avait encore une réputation à tenir lui, non ? Et puis, si on le savait avec un ou une sang de bourbe, c'en était fini de sa réputation et son père serait très très mécontent... Oh certes, il y en avait des pires que lui. Regardez le petit Black, par exemple... On disait que sa mère lui tapait dessus quand il faisait une bêtise.

Finalement, le jeune homme pince les lèvres, répondant seulement :


- Ouais... Commence par monter la première marche et on en reparlera quand tu seras rendu au bout de l'escalier.

Si Morgan voulait tout en même temps, il aurait beaucoup de mal à l'obtenir... Kerwan n'était pas très chaud à cette idée, pas tant d'un point de vue moral que de celui des répercussions sur sa propre vie. C'était sa dernière année ici, à Poudlard, et il voulait que ça se passe bien. Tout autant que les six premières années...

Le jeune Selwyn soupira, se redressant légèrement pour finalement croiser les jambes, histoire de s'assoir en tailleur sur le banc. C'est par un petit miracle de la physique que sa grande silhouette tint sur ce petit banc sans en tomber.


- Tu as déjà une idée des sujets que tu voudrais traiter ? En ce qui me concerne, ils sont tout désigné mais je suppose que tu le sais déjà. Et j'aimerais parler un peu de l'après Poudlard... Interviewé quelques 7ème année et leur demander ce qu'ils vont faire à la suite.

Voilà qu'à nouveau, Morgan recommençait son blabla. Il le laissa terminer, puis donna ses idées.

- Il faudrait des potins. Tout le monde raffole des potins, c'est vendeur. Il faudrait aussi... Parler des matchs de Quidditch, naturellement. Mais pas ceux de l'école. Enfin, oui, mais aussi ceux du mondial qui se déroule de octobre à mars.

Kerwan s'interrompt un instant, se rendant compte qu'il commence à parler plus d'habitude. Il sourit, malicieux, puis continue des plus normalement.

- Un truc avec les signes astrologiques. Les filles raffolent de ces stupidité. Une rubrique du coeur, dans la même veine. Il faudrait quelqu'un de particulièrement romantique pour répondre au courrier du coeur. Les petites annonces, c'est toujours vendeur aussi. Si les élèves veulent annoncer quelque chose, ils peuvent nous le faire parvenir dans le local du journal - que nous aurons, naturellement.

Ravit, Kerwan se tait. Il avait encore plusieurs autres idées, mais ils dresseraient une liste en temps et lieux. Oh oui, il allait participer à ce journal.

- Tu te voyais faire quoi en arrivant ici ? Et maintenant ?

Le Serpentard se leva à cette question, invitant Morgan à en faire de même.

- Viens, je vais me dégourdir les jambes. Je suis encore patraque du voyage en train.

Il commença à faire quelques pas dans le parc sans plus attendre, les mains dans les poches. Et une fois que le Serdaigle l'eût rejoint, il enchaîne :

- Lorsque je suis entré à Poudlard, je voulais être à la tête d'un petit journal qui gagnerait rapidement en importance.

Un petit sourire satisfait étira ses lèvres. Vrai qu'il avait toujours voulu être journaliste et pas n'importe lequel. Il voulait être le meilleur, celui qui s'attaquerait à des sujets importants et celui qui ne se laisserait jamais séduire par des pots de vin.

Cependant, ça n'avait pas changé.. ou plutôt, presque pas. Il s'arrête de marcher et, se tournant vers le Serdaigle, ajoute, espiègle :


- Maintenant, je sais que je serai le meilleur d'entre eux.

Rien de moins pour Kerwan. Il ne manquait pas d'ambition, vrai. Et il avait le potentiel de le faire.
_________________
♥️♥️♥️


Dernière édition par Kerwan Selwyn le Jeu 27 Mai - 8:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://around-nothing.forumactif.org
Morgan O'Reilly
Morgan O'Reilly


Masculin Age : 34
Messages : 123

Humeur : Curieuse
Baguette : 24,5 cms, bois de vigne et en son centre, un poil de sphinx
Sort favori : Lumos ! Quand on a peur du noir, c'est quand même mieux...

Guide de l'élève
Patronus: Une roussette (chauve-souris)
Épouvantard: Crocdur !
Freestyle:

Prendre le temps de respirer Vide
MessageSujet: Re: Prendre le temps de respirer   Prendre le temps de respirer Icon_minitimeMar 25 Mai - 14:42

- Non... Peut-être pas le rédacteur en chef. Je n'ai pas le temps pour ça. Mais je veux bien tirer quelques ficelles en arrière-plan par contre.

Morgan eu un petit regard surprit à cette réflexion. C'était tout une façon de dire les choses que d'admettre vouloir être un décideur de l'ombre non ? Encore qu'il n'avait rien contre cette idée sur le principe... Si Kerwan voulait être un membre discret dans les fondations de ce journal, alors c'est ce qu'il serait. Le but n'était pas de braquer qui que ce soit à ce niveau là.

Lui même n'envisageait pas forcément, au départ, de devenir rédacteur en chef. Disons plutôt qu'il aurait aimé avoir un certain pouvoir décisionnel afin de faire passer ses articles mais qu'il n'avait pas d'ambition particulière. En fait, il voulait juste "être bien" et "libre" de ses mouvements. Visiblement, le professeur Dumbledore était disposé à lui laisser sa chance à un haut niveau -probablement- et cela l'excitait autant que ça l'angoissait.

L'allégorie qui suivit, à propos de monter la première marche des escaliers avant d'en attendre le sommet, lui amena un petit sourire. Certes, peu ambitieux professionnellement parlant mais littéralement utopiste... Et quand il avait une idée "là", il l'avait rarement ailleurs...

Morgan se poussa légèrement sur le côté, bougeant cape, cravate et livre et alors que Kerwan prenait ses aises sur le banc. Visiblement, l'adolescent était complètement détendu et le sujet lui plaisait. Sinon, comment expliquer qu'il soit soudainement plus loquace qu'il ne l'était jamais ? Encore que ce n'était en rien désagréable. Ni de l'entendre parler ni de le voir s'en tenir à un silence poli ou moqueur. Parce qu'il savait bien parler, d'un timbre calme et chaud et que lorsqu'il se taisait, même si ça ne l'intéressait pas, il semblait réellement écouter, ce qui était une qualité plutôt rare finalement...

- Il faudrait des potins. Tout le monde raffole des potins, c'est vendeur. Il faudrait aussi... Parler des matchs de Quidditch, naturellement. Mais pas ceux de l'école. Enfin, oui, mais aussi ceux du mondial qui se déroule de octobre à mars.

Le serdaigle fournit toute la concentration dont il était capable pour retenir les idées et les suggestions de Kerwan. Visiblement, le serpentard avait une idée précise de la forme globale que ce journal devrait prendre. Potins, sport... Évidemment il s'agissait là de sujet qui allaient trouver un large public..

- Un truc avec les signes astrologiques. Les filles raffolent de ces stupidité. Une rubrique du coeur, dans la même veine. Il faudrait quelqu'un de particulièrement romantique pour répondre au courrier du coeur. Les petites annonces, c'est toujours vendeur aussi. Si les élèves veulent annoncer quelque chose, ils peuvent nous le faire parvenir dans le local du journal - que nous aurons, naturellement.

Morgan repartit à rire à l'allusion des signes astrologiques, plus emballé qu'il ne le montrait en réalité. Chez les moldu, même ceux qui n'y croyaient pas le moins du monde lisaient une fois de temps en temps leur horoscope. Tout le monde aimait ce genre de chose tout en s'en défendant tout à fait. Lui même, de temps en temps, montait le son de la radio à la maison lorsqu'arrivait le tour des gémeaux...

Un courrier du coeur ? Quelqu'un de romantique ? Morgan passa en revu les nombreuses connaissances qu'il avait. Il savait à peu près à qui il voulait s'adresser pour proposer quelques posts dans ce journal en devenir. Bien sûr, les posts seraient libre à tous et en fait, tous les élèves pouvaient écrire des articles si bon leur semblait, le tout étant de faire un choix, au final, ce qui s'avèrerait sans doute plus difficile que ça n'en avait l'air...

Le sujet du local vint sur le tapis et, toujours silencieux, admiratif devant ce flot soudain de parole, Morgan se contenta d'acquiescer une fois de la tête. Oui, un local. Probablement que c'était prévu de toute façon. Dumbledore n'était pas un sorcier connu pour ne faire les choses qu'à moitié. Et puis il y avait tellement de salle à disposition dans ce château... Est ce que quelqu'un les avait déjà toute visité seulement une fois ?

Avant de répondre à ses dernières question, Kerwan se mit à nouveau debout, ayant visiblement la bougeotte, et l'invitant à en faire de même. L'allusion au voyage en train qui l'avait laissé un peu froissé le fit tiquer puisqu'elle faisait écho à ses propres réflexions quelques secondes au par avant et pendant une brève seconde, il faillit plaisanter à propos de la légilimancie.

Pas le temps de le faire cependant puisque Kerwan faisait déjà quelques pas en direction du lac. Saisissait en vrac toutes ses affaires, Morgan trotta rapidement jusqu'au serpentard pour le rattraper, réenfilant sa cape pour qu'elle ne l'encombre pas plus qu'il ne l'était déjà.

- Lorsque je suis entré à Poudlard, je voulais être à la tête d'un petit journal qui gagnerait rapidement en importance.

Une expression joyeuse franchit les lèvres de Morgan à cette réponse. En voilà une nouvelle qu'elle était bonne ! Et ça avait au moins le mérite d'expliquer pourquoi Kerwan semblait à ce point emballé par cette idée de journal !

Un petit sourire rêveur flotta un instant sur les lèvres pleines du serpentard et spontanément, Morgan y répondit par un autre sourire. Sourire qui se mua en curiosité alors que Kerwan cessait de marcher pour se tourner vers lui, une lueur d'espièglerie et de malice au fond de ses grands yeux bruns.

- Maintenant, je sais que je serai le meilleur d'entre eux.

Morgan l'observa un instant, incrédule. Finalement, dans un nouvel éclat de rire, il hocha la tête. Ha oui, rien que ça hein ? Le meilleur ? On verrait ça... Le bleu et bronze n'avait pas la moindre idée du talent d'écriture de Kerwan. Il savait cependant que ce dernier était bon élève et pour ce qu'il avait échangé verbalement avec lui, qu'il avait une certaine facilité avec les mots. Ce qui en soit, était quand même l'un des bagages les plus important d'un bon journaliste non ?

Les deux étudiants se remirent à marcher sans se presser et Morgan, qui jusque là semblait avoir fait un énorme effort de silence, reprit à son tour la parole :

- Il faudra lui trouver un nom à ce journal. Nous n'avons qu'à y réfléchir chacun de notre côté puis mettre un peu plus tard nos idées en commun ?

Morgan se fit silencieux un court instant avant d'ajouter :

- J'irais voir le professeur Dumbledore la semaine prochaine, une fois que l'effervescence de la rentrée se sera un peu tassée, pour être sûr qu'il ait du temps à m'accorder. Tu veux venir avec moi al...

L'étudiant figea, brusquement, alors que non loin, des aboiements se firent entendre. Son sang ne fit qu'un tour, ses muscles se crispèrent presque douloureusement sous sa peau et un éclair de panique passa dans son regard bleu. Saisissant Kerwan par le bras, un peu au dessus du coude, il l'entraîna en accélérant le pas jusqu'à presque courir. D'ailleurs, il sera exactement en train de courir s'il était seul !

Le Corcdu qui venait de se faire entendre, alors qu'ils s'était un peu trop approché de la cabane du garde châsse, n'avait rien d'un épouvantard qu'il pouvait faire disparaître d'un coup de baguette, patronus au bout de cette dernière et pensées joyeuses en tête.

Arrivant au niveau d'un grand saule, Morgan en écarta les longues lianes encore très feuillu et poussa son camarade derrière celui ci, angoissé et les gestes nerveux.

- Quelle drôle d'idée que ce chien ! Un jour il mangera un élève !

Morgan fit quelques pas de long en large, perdant pour l'heure le calme de raisonner convenablement. Il s'arrête, levant les yeux sur Kerwan avant de déclarer avec un grand sérieux :

- J'ai vu des premières années qui étaient moins gros et moins grand que lui ! Et en 7ème aussi il y en a ! Et Hagrid s'entête à me soutenir que c'est un BÉBÉ !

Le serdaigle recommença à piétiner sur place et les aboiements reprirent, plus loin cette fois, ce qui lui fit quand même rentrer la tête dans les épaules.

- Pourquoi ne pouvait il pas prendre un poisson rouge ou une perruche -moldue s'entend !- plutôt que cet horrible molosse ? Tu as vu cette mâchoire ? Il t'arracherait le bras sans même le faire exprès !

Morgan se fait un instant songeur avant d'ajouter :

- Je suis sûr qu'il bouffe un truc pas net au petit déjeuner et je préfère ne pas savoir quoi...

Puis, se calmant un peu et passant une main gênée dans sa nuque il concéda tout de même :

- Désolé... Ca t'ennui si on reste là deux minutes ? Juste le temps qu'on soit sûr qu'il soit partit ?
_________________
Prendre le temps de respirer 140
Je n'connais rien de sa vie
Je découvre son odeur
Et l'émotion qui m'envahit
Me fait un peu peur
On a laissé tomber la nuit,
J'ai écouté battre son cœur
J'ai l'impression qu'j'ai r'ssenti
C'qui s'appelle Le bonheur!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kerwan Selwyn
Kerwan Selwyn
Sometimes a Dream turns into a Dream...


Masculin Age : 29
Messages : 183

Humeur : S'ennuis un peu... Y aurait pas un bouffon dans le coin ? ...Morgan, t'es là ?
Baguette : 30,5 cm, bois d'acadia, plume d'auguray

Guide de l'élève
Patronus: Renard Roux
Épouvantard: Lui-même, mort
Freestyle:

Prendre le temps de respirer Vide
MessageSujet: Re: Prendre le temps de respirer   Prendre le temps de respirer Icon_minitimeMer 26 Mai - 0:27

Un journal... C'était une si bonne idée. Il aurait du mettre le projet en marche lui-même déjà quelques années plus tôt, non ? Bref... Le jeune homme laissa sa cape pendre sur un avant bras, les mains dans les poches. Il n'aurait cru que le projet le rendrait si extatique, en fait, mais il avait déjà bien hâte de commencer.

Ils devraient commencer par demander un local à Dumbledore, puis l'emménageraient selon leurs bons goûts et leurs besoins. Il faudrait rapidement dresser la liste des nécessité. Une presse magique, naturellement. Des chaises, une grande table pour mettre au centre de la pièce... Bref, ils auraient masse à faire avant même de songer au papier en tant que tel.

Et déjà, ses yeux chocolats brillaient d'impatience. Il avait des idées plein la tête et n'attendait qu'une chose : les communiquer à tout le monde.


- Il faudra lui trouver un nom à ce journal. Nous n'avons qu'à y réfléchir chacun de notre côté puis mettre un peu plus tard nos idées en commun ?

Kerwan opine brièvement, observant le garçon près de lui avec un intérêt renouvelé.

- J'irais voir le professeur Dumbledore la semaine prochaine, une fois que l'effervescence de la rentrée se sera un peu tassée, pour être sûr qu'il ait du temps à m'accorder. Tu veux venir avec moi al...

Sursaute lorsqu'en proie à une apparente panique, Morgan le saisit brusquement par le bras. Il le sent se crisper près de lui sans pour autant savoir ce qui se passe. Mais, à voir l'état de terreur dans lequel se trouve le jeune homme, ce doit être assez alarmant. Le coeur battant la chamade, se laissant traîner à la suite de Morgan, il regarde un peu partout, tentant de trouver un élément contrastant avec le décor habituel et qui aurait pu terrifier le pauvre Serdaigle.

Mais, à son plus grand étonnement, il ne décela rien d'anormal autour d'eux et lentement, son propre état d'alarme se calma. Il se tourna plutôt vers Morgan qui les avait attiré derrière un grand arbre, fronçant les sourcils. Allons... Qu'est-ce qui ne tournait pas rond dans sa tête, à celui-là !? Peut-être avait-il vu quelqu'un qui ne l'aimait pas et qui lui rappelait de mauvais souvenirs...? Mais encore là, personne ne traînait dans leur coin...

Et soudainement, la réponse s'imposa à lui par une simple petite phrase prononcée par Morgan...


- Quelle drôle d'idée que ce chien ! Un jour il mangera un élève !

Kerwan écarquilla les yeux, hébété. Quoi... ? Le Serdaigle avait eu la frousse à cause d'un... chien !? Ce clébard de Crocdur était tout sauf un chien de garde. Il en était même plutôt un gros toutou débile qui ne semblait pas avoir la moindre once de jugeote, un peu à l'image de son maître, en fait...

C'est un quasi-traumatisme qui se prit de Kerwan lorsqu'il réalisa qu'effectivement, c'était bel et bien de Crocdur que Morgan était effrayé. Et puis quoi encore ? ...Il croyait que les gens peureux à ce point, c'était un mythe, lui !


- J'ai vu des premières années qui étaient moins gros et moins grand que lui ! Et en 7ème aussi il y en a ! Et Hagrid s'entête à me soutenir que c'est un BÉBÉ !

Kerwan lève les yeux au ciel. Il pousse un soupir, glissant une main sur son front. Allons... C'est pas parce que ce truc était gros qu'il était méchant, hein...

- C'est qu'un chien...

Mais, Morgan ne semblait pas l'écouter, recommençant à se plaindre de Crocdur et d'Hagrid qui, selon lui, aurait dû être un poisson rouge ou une perruche. Allons... il n'était pas sérieux, là ? De toute façon, personne n'imaginait Hagrid avec une pauvre perruche dans les mains. Tout le monde savait ce que ça donnerait... pauvre, pauvre perruche !

Finalement, le Serdaigle semble se calmer un peu, mais sans pour autant cesser d'avoir peur du chien.


- Désolé... Ca t'ennui si on reste là deux minutes ? Juste le temps qu'on soit sûr qu'il soit partit ?

Kerwan soupire, mais hausse les épaules, comme si ça lui importait peu. Il laisse tomber sa cape au sol et se laisse tomber dessus, appuyant son dos et sa tête contre le tronc de l'arbre derrière lequel ils se sont cachés. Il tapote un coin libre de sa cape, invitant le drôle de moineau ci présent à s'assoir près de lui.

Ça lui importait peu d'être assis ici ou ailleurs. La raison par contre, il ne l'oublierait pas de sitôt et c'est un sourire moqueur qui étira ses lèvres minces.


- Alors comme ça, on a peur d'un gros cabot qui bave plus qu'il ne mord ?

Le Serpentard rigole, pas méchamment, mais de façon très moqueuse sûrement. Il n'en ratait pas une et il fallait avouer que celle là était trop énorme ! Lui aussi avait peur... mais sûrement pas de Crocdur ! Il avait peur de la mort, de la fatalité, de certains points de son avenir... Mais Crocdur !

L'éclat de rire qui suivit ce raisonnement prouva bien qu'il ne songeait pas un instant à craindre ce gros chien idiot. Il donne tout de même une petite tape amicale sur l'épaule de Morgan une fois celui-ci installé près de lui, histoire qu'il ne se frustre pas ou ne se sente pas ridiculisé non plus.


- Excuse-moi, mais celle-là, c'est la meilleure de la journée... Du mois, même, je dirais !

Il fini tout de même par se calmer, non sans quelques petits éclats de rire supplémentaires. Il garderait cette information dans un coin de sa mémoire et la ressortirait à l'occasion lorsqu'il aurait envie de charrier un peu le jeune homme. Mais, pour l'instant, il avait seulement envie de continuer à parler de ce super projet qu'ils avaient !

Oui, car maintenant, c'était aussi le projet de Kerwan, naturellement !


- Revenons-en à nos hyppogriffe !

C'était plus un ordre qu'une demande, mais sur un ton jovial. Ils devaient en parler encore un peu s'ils voulaient que ça se concrétise, naturellement.

- Je propose que tu sois le rédacteur en chef. Et moi, je suis... là. Je vais t'aider à prendre des décisions importantes et à faire ce que nos reporters ne pourront pas faire, soit la mise en page, l'impression, le tris du courrier...

Kerwan comptait sur ses doigts tout en énumérant ces faits. Un oiseau au-dessus de leur tête se fit entendre, le faisant sursauter au milieu de son énumération. Il releva la tête, souriant en voyant un joli petit moineau coloré prendre son vol pour se diriger vers la forêt interdite.

Puis, le Serpentard se tourna à nouveau vers Morgan.


- Il faut aller voir Dumbledore cette semaine. Il a toujours du temps pour nous écouter, faut lui concéder ça.

Il opine énergiquement, certain de ce qu'il avance. Puis, son regard se perd à nouveau vers le ciel bleu agrémenté ça et là de gros nuages floconneux. Il faisait vraiment beau aujourd'hui et le fond de l'air était à peine frais. Ça le rendait de bonne humeur, fallait avouer. C'était peut-être pour ça qu'il avait déjà laissé tomber le sujet "Crocdur".

Le garçon frissonna tout de même lorsqu'un courant d'air un peu plus frais passa, mais n'y fit pas trop attention, songeant déjà à un nom ou deux qu'ils pourraient donner au journal.


- Je propose de lui trouver un nom tout de suite. Ainsi, on aura un projet complet et intéressant à présenter au directeur.

Cherchant de l'inspiration dans les nuages, le Serpentard se tait soudainement, laissant la parole à son drôle de petit compagnon de projet. Il n'aurait pas cru faire équipe avec Morgan un jour, c'est bien vrai, mais peut-être allaient-ils faire une bonne équipe, qui sait ?

Kerwan se fit un peu plus songeur alors que son regard tomba sur un silhouette bien connue. Grand, les vêtements bien placés, le regard noir et profond et l'air noble, Rabastan avançait en leur direction. Il eu un regard presque dégoûté pour Morgan avant d'observer Kerwan et c'est vers lui qu'il se dirigea. Ah bah... toute journée ne pouvait être parfaite.


- Kerwan. Que fais-tu en si impure compagnie ?

Sans se démonter, Kerwan fait un signe de la main à Rabastan, un grand sourire suivant celui-ci. Il ne s'était jamais incliné devant son Serpentard d'ami, malgré ses tendances langue de pute et son caractère bien trempé. Et pourtant, tous ceux de leur petite bande ne semblaient jurer que par lui. Allons donc... Rab était un être humain et, surtout, un être humain tout à fait identique à eux tous.

- Eh Rab. T'as réussi à te débarrasser de Barty ? Un charmant garçon, mais il est saoulant aujourd'hui.

Rabastan ne lui répondit pas, le dos droit, le menton relevé. À se demander comment il faisait pour les regarder en même temps, eux qui n'avaient pas encore pris la peine de se lever. Sachant que ça ne ferait que mettre de l'huile sur le feu, Kerwan ne présenta pas Morgan.

- Qu'est-ce que tu voulais, Rab ?

Un autre regard écoeuré en direction de Morgan plus tard, Rabastan pinça les lèvres, commentant seulement :

- Je venais voir si mes yeux ne me trahissaient pas.

Kerwan se montre faussement surpris à ces paroles.

- T'as des problèmes de vue, alors ?

Oh oh... Rabastan ne semblait pas très très content et, surtout, tout à fait disposé à lui faire la morale sur les fréquentations qui étaient dignes de lui et celles qui ne l'était pas. Comme si ce garçon pouvait décider pour lui à qui il allait parler ou pas... Il n'était pas son père après tout et il le lui avait déjà bien fait comprendre, non ? Alors pendant ces vacances d'été, Rab avait oublié ? Dommage... Il faudrait le lui faire comprendre à nouveau...
_________________
♥️♥️♥️


Dernière édition par Kerwan Selwyn le Jeu 27 Mai - 8:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://around-nothing.forumactif.org
Morgan O'Reilly
Morgan O'Reilly


Masculin Age : 34
Messages : 123

Humeur : Curieuse
Baguette : 24,5 cms, bois de vigne et en son centre, un poil de sphinx
Sort favori : Lumos ! Quand on a peur du noir, c'est quand même mieux...

Guide de l'élève
Patronus: Une roussette (chauve-souris)
Épouvantard: Crocdur !
Freestyle:

Prendre le temps de respirer Vide
MessageSujet: Re: Prendre le temps de respirer   Prendre le temps de respirer Icon_minitimeMer 26 Mai - 20:15

(Ecrit pour moitié dans le train et moitié déconcentré, dsl si c'est pas terrible... Si besoin tu dis, je réécrirais...)

Morgan observe quelques instant le petit pan de cape qui lui ai proposé pour s'asseoir. Il jette encore un petit regard circulaire autours de lui puis par dessus son épaule avant de finalement venir s'installer, restant en alerte au cas ou.

Non, Crocdur n'était pas "juste un chien". C'était un ENORME chien. Et ça faisait toute la différence. Lors de sa première année, alors qu'il ramassait quelques plantes près du lac pour son cours de botanique, il avait été surprit par l'immense molosse. Il ne savait pas qui il était et il avait été si surprit qu'il n'avait pas réfléchit avant de sauter les deux pieds dans l'eau... Ce qui ne s'était pas vraiment révélé être une bonne idée finalement...

Une fois Hagrid venu chercher l'énorme chien noir qui aboyait à qui mieux mieux après lui -pour prévenir d'un danger d'après Hagrid, mon oeil oui !-, le garde chasse l'avait aidé à se hisser hors de l'eau. De sorte de petit sangsue s'était accrochées à ses membres et Morgan en avait... Eclaté en sanglot, rien de moins. On était tous plus ou moins impressionnable quand on avait 11ans. Lui peut être plus que d'autres mais peu importe, l'évènement lui était resté particulièrement traumatisant...

Le sourire qui étira les lèvres pleines de Kerwan laissait peu de place à l'imagination. Visiblement, cette peur quasi panique de l'animal l'amusait au plus haut point. Il devait simplement ne pas réaliser la dangerosité de la chose. Ils en reparleraient lorsqu'un élève serait mordu ou dévoré...

- Alors comme ça, on a peur d'un gros cabot qui bave plus qu'il ne mord ?

Morgan leva son index pour couper Kerwan, pour une fois mais à peine eu t-il ouvert la bouche que le serpentard éclatait de rire, son fil de pensé ayant visiblement suivit un chemin de plus en plus amusant.

L'adolescent se renfrogna légèrement, peu heureux de se faire, en gros, traiter de trouillard. Pourtant d'ordinaire il le vivait pas trop mal... Fallait bien parce que son dortoir sa peur du noir passait difficilement inaperçu. Pas qu'il doive absolument dormir avec une petite lumière ou quoi mais... Disons qu'il n'était jamais vraiment tranquille. D'ailleurs, Morgan ne fermait jamais les rideaux autours de son lit et gardait en permanence sa baguette sous son oreiller, à portée de main. On était jamais trop prudent n'est ce pas ?

D'ailleurs, lorsqu'ils en avait parlé avec Xenophilius, ce dernier lui avait dit qu'il avait raison de se méfier. A cause des crocodiles. Pas que Morgan ait sérieusement cru à cette histoire de crocodile attention... Il n'imaginait voir de ces énormes lézards sous son lit ou dans le siphon de sa douche... Cependant... Fallait qu'il confesse avoir parfois, au milieu de la nuit, jeté un oeil sous son lit, à tout hasard, confondant dans son imaginaire le craquement d'une latte du lit ou d'une poutre avec le claquement d'une grosse mâchoire...

Kerwan lui donne une petite tape sur l'épaule, avec camaraderie, s'excusant pour cet éclat de rire qui n'en finissait pas de l'avis de Morgan et lui déclarant que c'était la meilleure qu'il est entendu de la semaine voir du moins tout entier ! Héla ! On était que le 7 septembre ! D'autres pouvaient faire pire que lui non ?

- Revenons-en à nos hyppogriffe !

Ca c'est ce qu'il disait mais l'éclat rieur n'avait pas disparu des deux billes chocolatées... Il y luisait une grande malice qui semblait lui dire "je te le rappellerais". Hé bien qu'il le fasse ! Aucune importance, Morgan s'assumait pas trop mal de façon général ! Il fallait de tout pour faire un monde ! Même des trouillards ! Voilà !

Et puis comme le disait Dumbledore à certains jeunes gryffondor qui doutaient d'être arrivé dans la bonne maison "le courage prend de nombreuses formes". Morgan avait forcément la sienne. Peut être que c'était juste de s'accepter tout à fait comme il l'était et de le défendre face aux autres avec parfois, il faut bien le dire, un certain degré d'inconscience ?

- Je propose que tu sois le rédacteur en chef. Et moi, je suis... là. Je vais t'aider à prendre des décisions importantes et à faire ce que nos reporters ne pourront pas faire, soit la mise en page, l'impression, le tris du courrier...

Morgan hocha la tête, encore un petit peu vexé peut être. Encore qu'il était flatté que Kerwan lui propose d'être le rédacteur en chef de leur petit journal qui, tout doucement, prenait forme.

Un léger sursaut traversa le serpentard et Morgan lui lança un petit regard curieux avant de lever les yeux à sa suite vers une branche basse et un petit moineau. Il garda pour lui la petite vengeance puéril de signaler que lui avait peut être peur de Crocdur, mais qu'un si petit oiseau ne lui faisait pas faire de bonds !

L'animal finit par s'envoler vers la forêt interdite et Morgan en détourna les yeux. Assez de sensation forte pour l'heure. Pour la journée même.

- Il faut aller voir Dumbledore cette semaine. Il a toujours du temps pour nous écouter, faut lui concéder ça.

Le serdaigle releva les yeux sur Kerwan qui semblait avoir très envie de précipiter les choses. Enfin peut être pas de les précipiter mais de les faire avancer un grand coup. Lui tempérait déjà plus : ça ne faisait jamais que 6ans qu'il demandait l'ouverture de ce journal. En tout cas, il hocha à nouveau la tête de façon positive. Oui ok, d'accord, il irait voir Dumbledore cette semaine. Peut être demain ou jeudi, il verrait quand il aurait un peu de temps et quand il pourrait voir le professeur.

- Je propose de lui trouver un nom tout de suite. Ainsi, on aura un projet complet et intéressant à présenter au directeur.

Morgan se fait pensif. Le nom d'un journal, ça ne s'improvisait pas. C'était quelque chose qui allait rester alors il ne fallait pas plaisanter avec ça. Pensif, l'adolescent laissa son esprit vagabonder quelques instants, réfléchissant sérieusement à la question.

Alors qu'i observait sans vraiment le voir, le visage de son camarade, Morgan s'aperçu que quelque chose avait capté l'attention de ce dernier. De fait, par réflexe, pour la seconde fois en quelques minutes, il suivit le regard du serpentard pour voir ce qui l'avait ainsi accroché.

Ho... Rabastan Lestranges. Morgan avait eu un nombre conséquent de problème avec cet élève là. Leurs différents n'étaient plus à prouver, ils étaient l'anti-thèse l'un de l'autre. Rabastan prônait la pureté du sang au moins autant que Morgan défendait sans mêlés et nés moldus. Et pas la peine de discuter avec ce serpentard charismatique certes, mais prétentieux. Combien de fois avait il finit à l'infirmerie, victime d'un maléfice quelconque alors qu'il avait simplement chercher à discuter avec Rabastan ?

Bon, maintenant, Morgan avait retenu la leçon, il n'allait plus tête baisser dans les problèmes avec ce vert et argent là. Pas qu'il ne lui disait jamais sa façon de penser, mais il évitait d'argumenter en longueur, ce qui finissait en général par quelques sort défensif de son côté et bien souvent, comme personne n'intervenait avant, en visite chez l'infirmière. Rabastan ne plaisantait pas avec ses idéaux débiles, c'était vraiment inquiétant... Surtout avec les rumeurs au sujet de ce Voldemort et de son armée qui se levait dans l'ombre, même si peu de personnes semblaient accepter d'y accorder du crédit.

Le regard que lui jeta le nouveau venu fut sans équivoque et Morgan garda le silence un instant.

- Kerwan. Que fais-tu en si impure compagnie ?

Le dit Kerwan ne semblait ni frustré ni... Ni rien du tout en fait par l'intervention de son camarade. En fait, il lui répondait avec un naturel qui, Morgan le savait, devait passer pour une bonne petite dose d'insolence aux yeux de Rabastan.

Il y eu quelques phrases échangées à propos d'un certain Barty. Bartemius Croupton Jr. probablement. Voilà qui formait un joli trio de serpentard. Et encore, ils ne se contentait pas d'être trois. C'était le principal problème d'ailleurs. Ils étaient peu à l'école à venir gonfler ses rangs quand il s'opposait à eux, ce qui lui donnait souvent des allures de Don Quichotte devant ses moulins à vent.

Nouveau petit regard plein de mépris dans sa direction et Rabastan reprend la parole :

- Je venais voir si mes yeux ne me trahissaient pas.

Morgan fronça les sourcils, affectionnant peu tous les préjugés de toute sorte que l'étudiant semblait décidé à lui faire tester. Venait il réellement pour Kerwan ou pour simplement avoir un bon prétexte pour se chamailler ? Probablement les deux connaissant la bête. Quel imbécile...

- T'as des problèmes de vue, alors ?

Morgan tourna la tête vers Kerwan à cette réflexion, hébété. Allons ! Depuis quand n'avait il pas entendu quelqu'un se moquer ainsi de Rabastan ? Certains le faisait bien sûr... Mais plutôt rarement devant lui. Et surtout, pas un serpentard.

Sa surprise se mua en hilarité alors qu'il éclatait joyeusement de rire, sous le regard noir et désapprobateur de Rabastan.

- Je peux savoir ce qui te fait rire le débile ?

Mais le serdaigle peinait à reprendre un semblant de sérieux. Il y eu même une fine perle translucide pour glisser du coin extérieur de son oeil et qu'il chassé d'un revers de main.

Rabastan sortit sa baguette, visiblement terriblement vexé et Morgan leva ses mains devant lui en guise de -piètre- défense et d'excuse.

- Je suis désolé Rabastan, je trouvais simplement la plaisanterie amusante. Et bonjour à toi aussi...

Le serpentard jeta cette fois un nouveau regard noir à Kerwan, l'air de lui dire qu'ils allaient avoir une sérieuse conversation sur le sujet. Finalement menaçant Morgan de sa baguette il reprit la parole :

- On va voir si tu ris encore une fois secoué un peu !

Morgan se releva, les mains devant lui toujours en signe de défense et sans sortir sa baguette, ça lui ressemblait trop peu. Avoir des problèmes dès le deuxième jour, c'était moche... Surtout que s'il pouvait montrer patte blanche au directeur pour son entrevue à propos du journal, c'était quand même nettement mieux...

- Excuses toi, qu'est ce que tu attends ?

Le serddaigle pinça les lèvres, peu satisfait de la tournure des choses. Et puis il s'était déjà excusé non ? Rabastan leva sa baguette plus haut et Morgan finit par hocher la tête :

- Je suis désolé.

Après tout, ça ne lui coûtait rien de le lui dire si c'était tout ce qu'il lui fallait pour se calmer...

Récupérant son livre sur le sol, Morgan eu un petit signe de tête pour Kerwan, marmonnant quelque chose comme "on en reparle plus tard, bonne fin de journée". Il passa à côté de Rabastan qui d'un accio récupéra son manuel, s'attirant un regard cette fois noir du serdaigle : ha non ! pas ses affaires.

Il tendit la main pour faire comprendre au serpentard qu'il attendait son bien mais ce dernier se contenta de donner un petit coup sur le bout de ses doigts pour l'empêcher de le récupérer. Morgan eu un regard pour Kerwan qui semblait mi-figue i-raisin.... Disons plutôt qu'il avait du mal à savoir ce qu'il pensait.

- Ce livre m'est précieux, s'il te plaît Rabastan.

Morgan lui même ignorait d'où il puisait toute la patience qu'il sortait à cet imbécile présomptueux... Néanmoins, imperceptiblement, sa main vient chercher sa baguette à sa ceinture, autours de laquelle il enroula ses doigts. Pacifiste mais il se défendait et là, Rabastan ne faisait pas que menacer... Il lui avait carrément volé son dernier cadeau d'anniversaire !
_________________
Prendre le temps de respirer 140
Je n'connais rien de sa vie
Je découvre son odeur
Et l'émotion qui m'envahit
Me fait un peu peur
On a laissé tomber la nuit,
J'ai écouté battre son cœur
J'ai l'impression qu'j'ai r'ssenti
C'qui s'appelle Le bonheur!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kerwan Selwyn
Kerwan Selwyn
Sometimes a Dream turns into a Dream...


Masculin Age : 29
Messages : 183

Humeur : S'ennuis un peu... Y aurait pas un bouffon dans le coin ? ...Morgan, t'es là ?
Baguette : 30,5 cm, bois d'acadia, plume d'auguray

Guide de l'élève
Patronus: Renard Roux
Épouvantard: Lui-même, mort
Freestyle:

Prendre le temps de respirer Vide
MessageSujet: Re: Prendre le temps de respirer   Prendre le temps de respirer Icon_minitimeJeu 27 Mai - 7:58

Kerwan tourna la tête vers Morgan lorsque celui-ci éclata carrément de rire. Il en laissa même glisser une bille salée sur sa joue, prêt à pleurer de rire si Rabastan ne l'arrêtait pas avant ça. Allons... C'était si drôle que ça ? Bah, fallait avouer qu'ils étaient rares à tenir tête à l'enfant chéri de la nation des sangs purs.

Ces paroles semblaient être teintées d'amertume ? Mais non... ce n'était qu'un peu de moquerie car, pour Kerwan, c'était assez drôle de voir Rabastan parader dans tout Poudlard en se faisant passer pour Dieu le père. Malheureusement pour lui, le sang qui coulait dans ses veine était tout aussi rouge que le sien et sûrement pas bleu...


- Je peux savoir ce qui te fait rire le débile ?

Bien entendu, ça ne pouvait pas en rester là. Rabastan ne se faisait pas rire au nez sans répliquer. Même s'il l'aurait voulu, sa fierté un peu trop mal placée ne se laisserait jamais bafouée sans mot dire. Et malgré tout, le petit Serdaigle - petit par sa minceur et non pas tant par sa taille - continuait de rigoler de façon apparemment incontrôlable.

Un petit rire amusé franchit les lèvres de Kerwan alors qu'il observait Morgan, trouvant la situation assez cocasse. Rabastan, cependant, ne semblait pas la trouver si drôle que ça. Kerwan se reçu un regard noir que le fit hausser les épaules, un petit air faussement désolé, mais toujours très amusé, sur le visage.


- Je suis désolé Rabastan, je trouvais simplement la plaisanterie amusante. Et bonjour à toi aussi...

Ah ouais... Vrai que parfois, son ami n'était pas des plus poli, surtout avec les impurs, mais de là à le lui faire remarquer alors qu'il venait de sortir sa baguette, ce n'était pas une des meilleures idées que Morgan avait eu...

Par précaution, Kerwan se leva, prenant tout de même la peine de secouer l'arrière de ses pantalons, même s'il ne pouvait techniquement pas avoir de l'herbe ou de la poussière dessus, puis qu'il était assis sur sa cape. Bref, il se faisait nonchalant, même si la situation semblait particulièrement délicate. Oui, délicate... Il préférait encore éviter un drame à la deuxième journée d'école de l'année, merci !


- On va voir si tu ris encore une fois secoué un peu ! Excuses toi, qu'est ce que tu attends ?

Humpf... Finalement, Kerwan "décida" qu'il était peut-être temps de dire quelque chose, Morgan ne semblant pas être des plus doués pour calmer les choses et Rabastan semblant plutôt se frustrer d'avantage plus les secondes s'écoulaient. Mais fallait-il en espérer autrement venant d'un garçon qui avait une peur bleue de Crocdur...?

De plus, Rabastan semblait avoir une mémoire à court terme relativement déficiente, puisque Morgan venait tout juste de s'excuser... Et malgré tout, le Serdaigle piétina son honneur en s'excusant une nouvelle fois, à tord. Il n'avait rien fait et venant d'un milieu où l'honneur était quelque chose de très important, Kerwan avait du mal à comprendre comment il avait fait pour fournir ces excuses sans hésiter.

Ok... Le spectacle avait assez duré à présent. C'était assez. Kerwan fit un pas vers Rabastan.


- Bon, aller Rab...

Mais il n'eu le temps de continuer que Morgan le salua. Et merde ! Il s'amusait bien, lui, en présence du Serdaigle, présentement. Il ne voyait pas exactement pourquoi, mais Kerwan se sentit rudement agacé de voir le jeune homme s'éloigner de lui ainsi, sans demander son reste. Et Rabastan qui en rajoutait une couche, le retenant tout en lui arrachant son livre des mains.

Le ton sur lequel Morgan demanda à Rab de lui rendre sa possession était certes calme, mais on voyait bien qu'il tenait à son livre. Kerwan grogna, légèrement énervé, mais usant toujours de cette patience que tout le monde ou presque lui connaissait tant.

Kerwan ne laisse pas les choses s'envenimer d'avantage. Alors que Rabastan se fait moqueur, déclarant tout haut que si c'est là tout ce que Morgan peut lui sortir, il n'était pas près de lui rendre son bouquin, le tout un peu plus méchamment que ça, le jeune homme se place entre les deux garçons.

Le Serpentard glisse le plat de la main sur l'abdomen de Morgan, le forçant à reculer légèrement, le tout sans quitter Rabastan des yeux qui lui, lui décroche un regard meurtrier.


- Il faudra revoir tes priorités apparemment, Kerwan...

Ça, ça voulait dire "on va devoir parler et ça ne serait pas très amusant pour toi". Mais Kerwan s'en était déjà vu compter d'autre. Il tend la main, histoire de récupérer le livre.

- Rab... C'est la deuxième journée d'école. Laisse-le un peu respirer.

Mais apparemment, "Rab" ne l'entendait pas de cette façon. Un rictus mauvais étira un moment ses lèvres avant que la baguette ne fusse pointée vers le livre. Un incendio fut prononcé et le livre prit feu. Il tomba sur le sol, se consumant vitesse grand V. Rabastan, quant à lui, tourna le dos aux deux garçons, balayant l'air d'une main.

- Oui, tu as bien raison, Selwyn. Mais toi, j'ai à te parler ce soir...

La pression de la main de Kerwan sur l'abdomen de Morgan se fit un peu plus forte tandis qu'il sortait sa baguette pour éteindre le feu avec le seul sort qu'il connaissait : celui d'invocation d'eau. Un petit soupir franchit les lèvres du jeune homme. Fallait se rendre à l'évidence... le livre était fichu.

Lentement, Kerwan se tourna vers le Serdaigle, lui lançant un petit regard d'excuse qui, cette fois, était tout à fait sincère. Il s'en voulait un peu de n'être pas intervenu avant. Après tout, c'était parce que Morgan était avec lui que Rabastan s'était énervé. Ou du moins, qu'il était venu jusqu'à eux. Oh, il ne se sentait pas si coupable que ça. Mais, une pointe de ce sentiment l'assaillait tout de même.


- Faut pas que t'écoute Rab... ni que tu te plis devant lui. C'est un beau parleur et certes, il n'hésite pas à sortir la baguette, mais tu en as une, toi aussi, une baguette...

Kerwan fait quelques pas vers le livre qu'il observe un moment avant de prendre dans ses mains. Il n'est certes pas réduit complètement en cendres, mais c'est presque le cas. La couverture est illisible et les bord des pages noir comme charbon. La vingtaine de premières pages doivent être aussi fichues et de plus, il est trempé...

Tentant de faire preuve de bonne volonté, Kerwan tend le livre à Morgan. Un malaise s'est installé en lui, ce qui arrive rapidement. Il glisse la main qui tenait le livre sur une de ses joues, y laissant une longue trace noire de cendre sans s'en rendre compte.


- Il était... important ce livre...?

Kerwan observait le Serdaigle comme s'il avait soudainement peur qu'il parte en courant dans l'autre sens, en alerte, prêt à le retenir pour une raison qui lui échappait. Seulement que Morgan était de bonne compagnie. Il s'était fait à le voir traîner dans le coin, sautant toujours sur l'occasion pour venir l'entretenir d'un sujet ou d'un autre.

Le Serpentard montra, d'un signe de main, la cape qui, toujours sur le sol, était encore prête à les accueillir, invitant le jeune homme à y prendre à nouveau place, manifestant silencieusement son désir de ne pas le voir partir sur-le-champ.

_________________
♥️♥️♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://around-nothing.forumactif.org
Morgan O'Reilly
Morgan O'Reilly


Masculin Age : 34
Messages : 123

Humeur : Curieuse
Baguette : 24,5 cms, bois de vigne et en son centre, un poil de sphinx
Sort favori : Lumos ! Quand on a peur du noir, c'est quand même mieux...

Guide de l'élève
Patronus: Une roussette (chauve-souris)
Épouvantard: Crocdur !
Freestyle:

Prendre le temps de respirer Vide
MessageSujet: Re: Prendre le temps de respirer   Prendre le temps de respirer Icon_minitimeJeu 27 Mai - 21:06

Rabastan, qui ne perdait aucune occasion de faire son paon et de s'amuser aux dépend de ceux qu'il jugeait impure -et dieu seul sait qu'ils étaient nombreux- commença à l'asticoter un peu. Visiblement, le serpentard avait très envie d'aller voir un peu jusqu'où il pouvait aller avant que le serdaigle ne réagisse et si Morgan n'avait toujours pas bougé de sa position au départ, il fit néanmoins un pas dans la direction de Rabastan pour récupérer son bien.

Cependant, avant qu'il n'arrive véritablement sur lui, oubliant un peu le confort de la distance que lui procurait sa baguette, Kerwan s'était interposé. Les bras tendu comme pour leur imposer une distance de "sécurité", ce vert et argent là semblait bien décidé à mettre le ola dans cette situation. Avec une petite exclamation étouffé, Morgan le laissa faire, ne lâchant pas pour autant Rabastan des yeux qui lui par contre, c'était soudainement désintéressé de lui, visiblement surprit par l'intervention de Kerwan.

- Il faudra revoir tes priorités apparemment, Kerwan...

Morgan ouvrit la bouche pour dire quelque chose, signaler qu'il n'était pas non plus un rebu de l'humanité juste parce que Rabastan en avait décidé ainsi, mais le garçon entre eux fut plus rapide. Ho il ne contredit pas son camarade dans sa pensé non... Il se contenta de lui signaler qu'on était seulement le second jour de classe et que donc, il pourrait le laisser tranquille.

Le serdaigle pinça les lèvres, pas vraiment reconnaissant de cette intervention lui qui soudainement avait tout un tas de choses à dire et à expliquer à Rabastan sur sa façon de penser. Le serpentaird se croyait un peu trop avoir la vérité universelle et il en faisait vraiment beaucoup trop profiter les autres.

Cette arrogance qui le poussait toujours à vouloir s'en prendre à ceux qu'il jugeait plus faible à cause d'un lignage sorcier était tout simplement révoltante. Il n'y avait pas d'autre mot et il n'y en aurait jamais. L'adolescent dépassait les bornes et Morgan rageait de le voir s'en tirer toujours à si bon compte. Non, être sang pur ne vous apportait strictement aucun droit sur les autres, cependant fallait admettre que dans le cas de Rabastan, ça lui offrait dans l'enceinte de l'école une sorte de prestige. Et c'était contre ce prestige justement que Morgan se battait depuis tant d'année. Et pas seulement celui de Rabastan.

Les yeux de Morgan s'étrécirent alors qu'un petit sourire cruel se dessinait sur les lèvres de Rabastan. Ce sourire ne voulait rien dire de bon, il en était certain... Et effectivement, le serdaigle n'eu pas le temps de dire ou de faire quoi que ce soir qu'une étincelle rouge-orangée sortait de la baguette de son "ennemi" attitré pour venir mettre le feu à son livre !

Une expression de mécontentement et de surprise franchit la barrière de ses lèvres alors qu'il tentait de se dégager de là pour aller chercher l'objet qui sur le sol, était lécher par de longues flammes qui noircissait la couverture et carbonisait la tranche, faisant s'envoler en petit confettis de papier incandescent des coins de pages. Mais Kerwan le retint fermement, l'empêchant de se jeter sur Rabastan ou le livre, un choix qu'il n'avait pas encore décidé de façon précise.

Rabastan lui affichait un regard méprisant pour aussi bien Morgan que Kerwan et finalement, après un court petit moment, il tourna les talons, assez fier de lui pour enfin les laisser tranquille. Enfin... Le laisser tranquille lui maintenant qu'il l'avait bien tourmenté... Et apparemment, au soir, se serait le tour de Kerwan....

Un sort jaillit ensuite de la baguette du serpentard restant, venant déverser sur ce qui restait de son dernier cadeau d'anniversaire un rideau d'eau qui étouffa les flammes d'un seul coup. Sentant que le regard de Kerwan s'était tourné vers lui, Morgan releva les yeux du livre pour les poser sur lui, les lèvres toujours pincés et les yeux brillant non pas de larmes mais de frustration.

Il voyait bien que Kerwan était désolé... Mais ce n'était pas à lui de l'être. Pas vraiment. Morgan n'oublierait pas qu'il n'avait pas cherché à signaler à Rabastan qu'il n'était pas indigne de sa compagnie... Mais au moins ne l'avait il pas conforté dans cette pensé non plus.

- Faut pas que t'écoute Rab... ni que tu te plis devant lui. C'est un beau parleur et certes, il n'hésite pas à sortir la baguette, mais tu en as une, toi aussi, une baguette...

Morgan ne répondit rien dans un premier temps, jugeant cette réflexion tout à fait inadéquate pour le moment. Son regard clair suit la silhouette de Kerwan qui après quelques pas se penche pour récupérer son bien entre ses mains avant de le lui tendre.

L'étudiant observe le livre trempé, noircit, à demi consumé... Et avec un air vraiment abattu il tend finalement une main pour le récupérer. Libérer de son fardeau, Kerwan vient se tracer sans probablement s'en rendre compte une longue estafilade noire sur le visage. Morgan ne dit rien, toujours, revenant fixer le livre où le titre était devenu illisible.

Ses mains tournent cette couverture, fébriles et cette dernière manque de lui rester dans les mains malgré la délicatesse qu'il y met. Entre l'eau et le feu, il est complètement ravagé. Les pages sont où noircies ou gonflées d'eau ce qui à étalé l'encre et de grandes zones noirs mangent la plus part des pages. Il est fichu... S'il existe encore quelques pages à sauver, elles doivent être bien au centre et Morgan devra attendre un peu pour y regarder de plus près.

Défaisant sa cape, Morgan enroule soigneusement cette dernière autours du livre pour éviter qu'au feu et à l'eau ne s'ajoute une bourrasque de vent qui augmenterait les dégâts.

Peut être parce qu'il ne dit toujours de rien, mais Kerwan semble soudain légèrement mal à l'aise. Du moins, c'est l'impression qu'il donne à Morgan lorsque, lui demandant si ce livre était important, l'adolescent semble hésiter.

Les yeux bleus sondent un instant ceux de cacao puis passent sur ce trait noir qui lui balafre la joue. Mais si d'ordinaire ça l'aurait fait sourire... Là pas.

Comme son silence se faisait buté, Kerwan semble décidé à l'inviter à se rasseoir avec lui sous l'arbre, sur la cape qui se trouvait encore étalée là. Le serdaigle à un petit mouvement de tête pour répondre cette fois, de gauche à droite pour signaler sa non participation.

- C'était le dernier cadeau d'anniversaire de mes parents. Il y en a moins d'une centaine d'exemplaire à travers le monde.

Morgan soupire, serrant son paquet contre lui

- Et il y en a maintenant encore un de moins. Rabastan ne se rend même pas compte qu'il détruit le patrimoine de ces sang si purs qu'il affectionne dans sa petite guerre idiote.

Effectivement, c'était un alchimiste de "haute lignée" qui avait rédigé ce livre là. Rabastan n'avait vraiment aucune jugeotte.

L'adolescent continu d'observer le visage devant lui, ne pouvant s'empêcher encore et encore sur la tâche sombre et finalement, avec un soupire de dépit, il coince sa manche dans sa paume et l'approche du visage de Kerwan :

- Cendre...

Il passe rapidement avant de constater qu'en y aller aussi doucement il n'enlevera pas grand chose. Retirant sa main il indique à Kerwan sa joue :

- Tu peux y aller, j'ai pas enlevé grand chose en y allant comme ça...

Morgan à un petit soupire en regardant au loin la silhouette de Rabastan quasiment disparue dans le château.

- J'ai une baguette mais si je m'en étais servit, la situation aurait été pire. Enfin... Peut être pas maintenant mais par la suite si.

Le serdaigle reient poser un regard un peu las sur Kerwan.

- Si j'avais envoyé Rabastan dans les choux, l'école n'aurait pas été assez vaste pour me protéger de sa vengeance.

Il hausse les épaules, comme si ça n'avait pas grande importance. Et peut être qu'au fond, de son point de vue, ça n'en a vraiment pas.

- De toute façon je ne pense pas que répondre à la violence par la violence soit une solution. Rabastan n'a que ça pour se faire écouter et respecter des gens. J'aurais honte d'utiliser les même moyens que lui.

Un ange passe avant qu'il reprenne.

- On dirait que ta soirée va être animée. Si tu ne veux plus faire le journal avec moi dit le. j'ai l'habitude qu'on ne m'épaule pas vraiment face à... Eux.

Morgan lance un petit regard pensif à Kerwan alors qu'il avait hésité à dire "vous".

- Encore que tu sais te faire tes idées toi même je suppose. Mais c'est la dernière année, tu n'as peut être pas envie de rentrer en guerre ouverte avec ton dortoir.

Dans un petit soupire, Morgan lève les yeux au ciel qui se fait couvert tout à coup, un peu comme faisant écho à la peine qu'il ressent d'avoir perdu son précieux ouvrage. Il n'allait jamais oser le dire à ses parents...

- De toute façon, tout se paie un jour. Rabastan à bien raison d'en profiter maintenant parce que le sort finira par se retourner contre lui. Il ne se rend pas compte que lorsqu'on prône des valeurs comme les siennes, lorsqu'on s'entiche de la cause de ce mage là, Voldemort, on ne peut faire confiance à personne et surtout pas à ceux qui nous font des courbettes. La crainte c'est vraiment la pire des façons de diriger.

Partit dans son petit discours argumentatif, restant debout, ses bras enroulés autours du livre au milieu de sa cape il poursuit.

- Je le plaint vraiment. Dans cette "secte", les gens doivent se sentir bien seuls devant l'adversité. Ces idées ne vaincront pas. Il y a du courage et de la force chez tout le monde. Y comprit chez les sang mêlés, les nés moldu et les moldus.

Un petit sourire revient flotter sur ses lèvres alors qu'il prend Kerwan à témoin :

- J'aimerais vraiment être là le jour où cette information va lui sauter à la figure.
_________________
Prendre le temps de respirer 140
Je n'connais rien de sa vie
Je découvre son odeur
Et l'émotion qui m'envahit
Me fait un peu peur
On a laissé tomber la nuit,
J'ai écouté battre son cœur
J'ai l'impression qu'j'ai r'ssenti
C'qui s'appelle Le bonheur!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kerwan Selwyn
Kerwan Selwyn
Sometimes a Dream turns into a Dream...


Masculin Age : 29
Messages : 183

Humeur : S'ennuis un peu... Y aurait pas un bouffon dans le coin ? ...Morgan, t'es là ?
Baguette : 30,5 cm, bois d'acadia, plume d'auguray

Guide de l'élève
Patronus: Renard Roux
Épouvantard: Lui-même, mort
Freestyle:

Prendre le temps de respirer Vide
MessageSujet: Re: Prendre le temps de respirer   Prendre le temps de respirer Icon_minitimeVen 28 Mai - 16:28

Ce silence soudain qui couvrait la présence de Morgan semblait presque irréel pour Kerwan. Lui qui était habitué à entendre le garçon parler plus que de raison avait l'impression d'être pétrifié maintenant que ce dernier ne pipait plus mot. Il restait là, debout, souhaitant que finalement, le jeune homme se rassoit ou... Ou il ne savait trop pas. Peut-être désirait-il tout autant qu'il parte ? Il n'en était pas encore certain.

Le Serpentard lança un regard derrière son épaule. Au loin, Rabastan ressemblait à n'importe quel élève. Et pourtant, Merlin sait à quel point il peut s'avérer être cruel envers ceux qui ne l'ont pas mérités. Non, Kerwan n'était pas assez convaincu pour croire que Morgan avait bel et bien mérité cette "attaque". Il n'en était pas convaincu et avait bien peur de ne jamais l'être.

Peur ? Oui, peur.

Le jeune homme se tourna vers le Serdaigle, l'observant avec appréhension. Peur car il savait quelle était sa voie, mais n'était pas certain d'y adhérer complètement. Comment se sentir totalement en confiance quand notre avenir nous était assuré, mais qu'on n'y croyait pas ? C'est ainsi que Kerwan se sentait et présentement plus que jamais. Parce qu'il n'avait jamais voulu blesser Morgan, lui.

Et finalement, le grand Serdaigle parla. Kerwan en poussa un imperceptible soupir de soulagement, même si Morgan se refusait à s'assoir à nouveau avec lui et semblait, pour la première fois en six années de connaissance, passablement troublé, choqué, blessé... Que des sentiments qu'il n'avait jamais lu dans les grands yeux de saphirs.


- C'était le dernier cadeau d'anniversaire de mes parents. Il y en a moins d'une centaine d'exemplaire à travers le monde. Et il y en a maintenant encore un de moins. Rabastan ne se rend même pas compte qu'il détruit le patrimoine de ces sang si purs qu'il affectionne dans sa petite guerre idiote.

Ah oui, rien de moins... Alors c'était un livre très précieux. Déjà là, Kerwan ne se sentait pas moins mal. Il voyait bien que le bouquin, peu importe de quoi il traitait exactement, était une possession rare et prisée de Morgan. Il détourna le regard de ces grands yeux couleur océan pour observer le livre... si on pouvait encore l'appeler ainsi. Il n'en était pas trop certain.

À nouveau, son regard remonta vers Morgan qui s'avançait vers lui en déclarant seulement "cendre". Rapidement, le jeune homme compris alors qu'avec une douceur que peu dans son entourage étaient capable avoir envers qui que ce soit, Morgan vint essuyer la dite cendre sur sa joue à l'aide de la manche de sa cape d'étudiant.

Un petit sourire aux lèvres, Kerwan vint frotter un peu plus fortement à l'endroit préalablement frictionné par le petit bleu et argent.

Et à nouveau, Morgan prit la parole, cette fois pour commenter ce qu'il lui avait proposé juste avant. Ne pas utiliser la violence ? Et puis quoi encore ? C'est ainsi qu'on faisait chez lui. Chez tous ses amis. Oh non, ils n'étaient pas battus par leur parents ! Enfin, pas tous... Mais, lorsqu'on voulait s'affirmer, il fallait savoir tordre quelques bras. C'était dans leur mentalité et ainsi, Kerwan ne comprenait pas vrai où voulait en venir Morgan. Comment comptait-il se faire respecter s'il ne sortait pas la baguette des fois de temps en temps pour se défendre ?

Mais, pas le temps de répondre. Ou si, il l'aurait eu. Mais, quand il se décide à le faire, Morgan a repris ses habitudes de pipelette et recommence rapidement à parler.


- On dirait que ta soirée va être animée. Si tu ne veux plus faire le journal avec moi dit le. j'ai l'habitude qu'on ne m'épaule pas vraiment face à... Eux.

Nous. Non, Kerwan n'était pas stupide. Il avait entendu ce "nous" alors que pourtant, Morgan ne l'avait pas prononcé. Il n'était pas légimens. Il avait seulement très bien compris ce que ce "eux" sous-entendait et s'en sentit piqué alors que pourtant, il n'était pas tellement concerné.

Mais, il se sentit encore plus piqué par les paroles du jeune homme qui, pourtant, continuait sur sa lancée. Et ce n'était pas ce "nous" qui le frustrait plus que tout, attention...


- Encore que tu sais te faire tes idées toi même je suppose. Mais c'est la dernière année, tu n'as peut être pas envie de rentrer en guerre ouverte avec ton dortoir.

Allons donc, quelles stupidités ! Et Kerwan ne se privera certainement pas pour le faire savoir à ce petit bavard de Serdaigle ! Il n'avait jamais eu la langue dans sa poche, que voulez-vous...

- Sûrement pas ! J'y tiens à ce journal. C'est quoi cette idée ?! Je ne suis pas de ceux qui changent d'idée comme ils changent de cape ! Et puis, Rabastan peut bien croire être Merlin lui-même, ça ne change rien à ce qu'il est réellement. Il peut être un bon ami quand il s'y met, mais quelle teigne quand il décide de mettre son nez là où il n'a pas affaire !

Tout à fait ! Et c'était la profonde pensée de Kerwan. La drôle de lueur qui brillait dans ses yeux le prouvait bien. C'était là de la sincérité mêlée à une bonne dose d'énervement et un peu de défi. Mais, Morgan ne semblait pas en avoir terminé là et il prononça quelques mots... de trop.

- De toute façon, tout se paie un jour. Rabastan à bien raison d'en profiter maintenant parce que le sort finira par se retourner contre lui. Il ne se rend pas compte que lorsqu'on prône des valeurs comme les siennes, lorsqu'on s'entiche de la cause de ce mage là, Voldemort, on ne peut faire confiance à personne et surtout pas à ceux qui nous font des courbettes. La crainte c'est vraiment la pire des façons de diriger.

Kerwan se crispa. Tout en lui se raidit lorsqu'il entendit ce nom... Ses poings se serrèrent ainsi que sa mâchoire et il tituba un court moment. Non... Trop de souvenirs de cet été désastreux où ses parents n'avaient fait qu'obéir aux ordres et aux bons commandements de ce seigneur des ténèvres. Sa mère, son beau visage ravagé par la folie du disciple qui s'est épris de son maître. Son père, aveugle, ne voyant que le pouvoir en bout de ligne.

Le Serpentard lance un petit regard noir à Morgan et, sèchement, ordonne :


- Ne prononce par ce nom !

Non. Il ne fallait pas le prononcer. Il ne fallait pas seulement en parler. Il ne voulait pas. Il était à Poudlard, loin de tous ces tracas et il avait encore toute l'année scolaire pour se tenir loin de tout ça avant de devoir prendre une décision. Il ne voulait pas avancer le moment fatidique. Car avait-il seulement le choix ? Il n'en était même pas certain... Ses parents avaient semblé formels : il avait une place toute faite auprès d'eux dans leur "lutte" contre les né moldus et autres "indignes". Quel plan magnifique... avec tout le sarcasme possible.

Et voilà qu'encore, Morgan continuait sur sa lancée, impossible à arrêter lorsqu'il commençait à défendre un point qui lui était cher. Mais, si Kerwan se foutait complètement des propos habituellement tenu par le jeune homme, il n'en était rien présentement et tout son être dégageait cette soudaine aversion qu'il avait pour le sujet. Car si Morgan avait souvent parlé des sangs purs et de leurs stupides idées, il n'avait jamais parlé du Seigneur des Ténèbres, celui que seul les sang purs connaissaient réellement. Celui que seul eux craignaient pour le moment. Mais, ça ne durerait sûrement pas...


- Je le plains vraiment. Dans cette "secte", les gens doivent se sentir bien seuls devant l'adversité. Ces idées ne vaincront pas. Il y a du courage et de la force chez tout le monde. Y comprit chez les sang mêlés, les nés moldu et les moldus. J'aimerais vraiment être là le jour où cette information va lui sauter à la figure.

Non, c'était trop ! Kerwan lança un regard presque blessé à Morgan. Savait-il seulement de quoi il parlait ? Rien n'était moins sûr ! En fait, il ne devait qu'avoir une vague idée de ce que tout cela représentait, sinon il n'en parlerait sûrement pas ainsi.

Kerwan déglutit avec difficulté, observant longuement le petit Serdaigle comme s'il était soudainement devenu fou. Oui, le bleu et argent était fou de parler ainsi de ce qu'il ne connaissait pas ! Et pour la première fois, Kerwan prit "presque" position face aux propos du garçon. Presque, car il ne donnait pas non plus réellement son avis, si seulement il en avait un.


- Tu ne sais pas. Tu ne sais presque rien alors tais-toi !

C'était étonnamment simple comme ordre, mais Morgan ne semblait pas pouvoir comprendre ces mots. Il parlait encore et encore et ne semblait pas comprendre la portée que ses paroles pouvaient avoir sur les autres. Si le jeune homme était habituellement inoffensif et même très amusant, ses paroles avaient pourtant été un vrai poison présentement, même s'il ne semblait pas s'en être rendu compte.

- Il y a des gens ici, partout autour de toi, qui n'attendent que ces mots pour te faire cible.

Il interrompt Morgan d'un geste si celui-ci avait voulu parler, continuant rapidement.

- Non ! Tu n'es pas encore une cible. Tu es seulement un garçon un peu trop bavard qu'il est bon bousculer des fois de temps en temps. Et je ne parle pas en mon nom. Ils ne se souviennent pas de ta présence quand ils sont dans la salle commune à papoter ou dans la Grande Salle à partager un bon repas. Et crois-moi, tu ne veux pas qu'ils se souviennent de toi ! Car aussitôt qu'ils pensent à toi lorsque tu n'es pas là... Aussitôt qu'ils prononcent ton nom sans ta présence, c'est mauvais signe. Ça veut dire qu'il t'ont à l'oeil et qu'ils n'hésiteront plus.

Non, décidément, Morgan n'était qu'un jeune fou idéaliste. Il ne comprenait pas... Mais Kerwan, pour la première fois de sa vie face à ce garçon, prenait parole et pas seulement pour en placer une ou deux. Il avait réellement quelque chose à dire.

- Je sais ce que tu te dis. Ce sont de simples élèves. Mais toi-même, tu viens de parler de ce qui a derrière ces "simples élèves", comme tous le disent si bien. Tu en as parlé, mais sais-tu seulement ce que tu as déterré là ?

Kerwan hoche la tête de gauche à droite, répondant à la place de Morgan. Il ne savait pas et il ne saurait pas tant qu'ils ne seraient pas sortis de l'ombre. Et ce jour là, il serait trop tard, de toute façon.

- Tu en parles comme si c'était un autre de tes sujets de dissertation. Quelque chose que tu peux aborder librement avec le premier venu. Ce n'est pas de simples principes dont tu parles là, pourtant, Morgan. C'est de la guerre !

Kerwan glisse rapidement une main sur ses lèvres, comme s'il en avait trop dit. Non, il n'avait rien révélé de fâcheux. Car, de toute façon, il n'était pas "encore" dans le secret. Mais, il y avait là une part de vérité et il le savait bien, bien qu'il ait voulu plutôt se mentir.

Morgan serait de ceux qui seraient en danger lorsque finalement, la guerre éclaterait. Ils ne devaient pas se souvenir de son nom ! Sinon, il serait pris pour cible. Un "exemple" tout à fait noble. Et il ne fallait pas...

Le Serpentard fait un pas en direction du petit Serdaigle. Il tend la main pour attraper doucement son poignet, l'attirant un peu à lui, comme s'il voulait lui faire part d'un secret. Il baisse le ton, l'air visiblement inquiet et, surtout, chamboulé et effrayé.


- Si tu veux réellement être là quand ils tomberont, soit plus prudent. Tu peux te battre pour tes convictions en étant subtil, Morgan. Ce n'est pas en clamant haut et fort que le Seigneur des Ténèbres n'est qu'une mascarade que tu gagneras. Crois-moi. Qu'on soit en accord ou non avec ce qu'il veut promouvoir, il n'est pas une mascarade, bien loin de là. J'ai vu les visage ravagés par l'adulation. Ils l'idolâtrent et ils sont prêt à tout pour lui.

Il relâche doucement le poignet, ses yeux toujours plongés dans les deux billes d'un bleu profond face à lui.

- Ils sont prêts à te faire taire et ça, Rabastan est capable de le faire. Il a la folie d'eux tous en lui et il n'hésitera pas si l'ordre lui en est donné.

Finalement, le jeune homme soupire, reculant d'un pas, puis d'un autre. Il revient à sa cape, se penchant pour la ramasser sagement, la pliant pour la faire pendre à nouveau à son bras. Il en triture un pli quelques secondes avant d'ajouter, visiblement inquiet :

- Vous êtes tous fous. Vous les prenez pour des moins que rien. Vous prenez tout ça à la légère. Alors comment comptez-vous les arrêter le temps venu ?! Ça n'a pas de sens... aucun sens...

Il en avait trop dit. Mais, peu lui importait pour l'heure. Pour la première fois, il parlait de ses craintes, des cauchemars qu'il faisait la nuit. Certes, il ne le faisait pas directement, mais pour le jeune Selwyn, ça revenait au même. Il avait parlé et se sentait presque soulagé soudainement, même si la peur se lisait dans ses yeux chocolatés et semblait respirer par chaque pore de sa peau, présentement.

Peur, car il ne savait pas où ses parents étaient à ce moment présent. Peur, car il ne savait pas où ils seraient demain, ni après-demain. Chez eux, ou avec lui. En train de bavarder, ou six pieds sous terre...

_________________
♥️♥️♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://around-nothing.forumactif.org
Morgan O'Reilly
Morgan O'Reilly


Masculin Age : 34
Messages : 123

Humeur : Curieuse
Baguette : 24,5 cms, bois de vigne et en son centre, un poil de sphinx
Sort favori : Lumos ! Quand on a peur du noir, c'est quand même mieux...

Guide de l'élève
Patronus: Une roussette (chauve-souris)
Épouvantard: Crocdur !
Freestyle:

Prendre le temps de respirer Vide
MessageSujet: Re: Prendre le temps de respirer   Prendre le temps de respirer Icon_minitimeDim 30 Mai - 20:21

Morgan, plutôt que de s’arrêter sur le sujet « Rabastan » et son mauvais caractère, avait poursuivit sur sa lancée, comme d’habitude. Il n’avait pas vu le changement dans le comportement de Kerwan. Pas qu’il soit étourdit au point de ne rien voir à ce point… Mais le serdaigle était comme ça… Un peu impulsif, parlant sans réfléchir… Ou plutôt… Ce qu’il disait était réfléchit, mais il pensait rarement aux conséquences de ses paroles.

On supposait toujours que la violence physique était ce qu’il y avait de plus fort pour gagner. La preuve que non puisque Kerwan semblait se décomposer et se mettre en colère tout seul alors que Morgan n’utilisait que quelques mots…

Lorsque l’adolescent se rendit enfin compte de l’impacte de son petit discours sur Kerwan, il était déjà trop tard…

- Ne prononce par ce nom !

Sauf que Morgan n’allait pas se payer cette frayeur là… Celle de parler de ce mage noir… D’ailleurs il finissait de dire ce qu’il avait à dire sur le sujet, relevant légèrement le menton pour affronter le regard désapprobateur du serpentard. Tout en ce dernier transpirait l’agacement, l’énervement… Ce qui était particulièrement rare chez lui.

Kerwan était ce genre d’adolescent qui restait étrangement calme dans toutes les circonstances. De ceux qui attendaient que les autres aient finit de parler et qui, bien souvent, préféraient ne même pas argumenter, snobant purement et simplement le dialogue comme si le sujet ou bien les arguments des autres ne valaient pas qu’il se donne la peine d’user sa salive.

Attention cependant… Morgan ne l’avait jamais trouvé ni pédant ni orgueilleux dans cette façon de se comporter. Peut être parce qu’il le faisait toujours avec ce petit sourire charmeur. Sourire charmeur qu’il n’avait pas présentement.

Son regard était passablement orageux, ses poings crispés, sa mâchoire serrée… Lorsque Morgan s’était finalement tu, il avait sût immédiatement que Kerwan n’allait pas en rester là, comme les autres fois… Non, cette fois brillait dans son regard ce petit quelque chose de différent. Ce quelque chose avait été déclenché, visiblement, par l’allusion à Voldemort. « Lord » Voldemort comme il se plaisait si bien à se faire appeler. Quel toupet…

Et pourquoi Kerwan prenait il tant la chose à cœur… ? Est-ce que tout à coup, il allait s’énerver à propos de ses idées ? Pourquoi ? Qu’est ce qui était nouveau ? Est-ce que c’était à cause de Rabastan ?

Quoi qu’il en soit, la colère de Kerwan sembla passer rapidement à un autre stade et lorsque les yeux chocolats remontèrent jusqu’aux yeux bleux, Morgan resta silencieux. Est-ce que c’était de la tristesse… ?

- Tu ne sais pas. Tu ne sais presque rien alors tais-toi !

Morgan s’était effectivement tus. De toute façon, il en avait finit… Et il était on ne peut plus curieux de savoir ce que le serpentard pouvait vient avoir dire. Pouvait bien penser. Il l’était d’autant plus que c’était une grande première en 6ans…

- Il y a des gens ici, partout autour de toi, qui n'attendent que ces mots pour te faire cible.

Le serdaigle hocha la tête. Oui c’est vrai. Enfin… Visiblement, l’un et l’autre n’entendaient pas par « cible » la même chose. Dans la tête de Morgan, ça voulait dire… Quelques maléfices mineurs, des moments désagréables dans le genre de celui qui venait d’arriver… Mais le ton de Kerwan, lui, il était beaucoup plus grave que ça. En fait, Morgan le prenait soudain comme une menace et fallait le reconnaître : c’était tout sauf agréable…

Il ne s’était jamais sentit menacé par Kerwan. Jamais jusqu’à présent du moins. Encore que c’était fort à dire que de parler de « menaces ». Il ne pensait pas Kerwan dangereux et n’avait pas le moins du monde l’impression que le serpentard allait lui sauter à la gorge. En fait… Une mise en garde. Oui c’était ça.

Ce n’était pas la première fois que Morgan avait des problèmes avec des sangs purs, peu importe la maison. Et il y avait déjà eu plus grave que la détérioration de son matériel même s’il devait admettre que présentement, il trouvait que c’était l’attaque la plus violente de son point de vu.

Suivant son petit raisonnement logique, Morgan se demanda ce qui avait pu changer pendant les vacances, pour que Kerwan semble… Inquiet ? A propos de ce qui pouvait arriver.

Non, le serdaigle n’avait pas sa langue dans sa poche et il n’avait pas le moins du monde l’intention de se taire juste pour faire bien aux yeux de quiconque. Pas qu’il soit masochiste, même pas sur les bords… Il était simplement buté sur ses opinions.

Kerwan sembla suivre son chemin de pensé puisqu’avant qu’il ait pu dire quoi que se soit, le serpentard lui confirmait une seconde fois ce qu’il venait de dire. « non », il n’était pas « une cible ».

Plus le jeune homme parlait, plus Morgan se sentait mal à l’aise. Il était beaucoup trop… Sérieux tout à coup. Certes il avait que des gens comme Rabastan étaient capable d’une certaine cruauté. Et il ne doutait pas le moins du monde qu’ils soient capable de passer de « bousculade » à « agression » un peu plus sérieuse. Néanmoins… Non il avait du mal à se faire à tout ça… Après tout, ils n’étaient que des adolescents qui parlaient de choses trop grandes pour eux.

- Je sais ce que tu te dis. Ce sont de simples élèves. Mais toi-même, tu viens de parler de ce qui a derrière ces "simples élèves", comme tous le disent si bien. Tu en as parlé, mais sais-tu seulement ce que tu as déterré là ?

Morgan eu un petit grognement vaguement irrité alors qu’à nouveau, Kewan avait semblé savoir lire dans ses pensés… Par contre, maintenant c'était tout à fait certain : c'était Voldemort qui avait mit Kerwan dans cet état d'irritation. S'il avait su, le serdaigle aurait commencé directement par là, ils auraient gagné bien du temps...

- Tu en parles comme si c'était un autre de tes sujets de dissertation. Quelque chose que tu peux aborder librement avec le premier venu. Ce n'est pas de simples principes dont tu parles là, pourtant, Morgan. C'est de la guerre !

L'adolescent hocha positivement la tête, quoi qu'encore légèrement étourdit de cette virulence et de cette véhémence qui saisissait Kerwan. La guerre ? Il s'agissait de rumeurs pour l'heure... Et c'était justement parce que lui aussi prenait très au sérieux ces dernières qu'il était prêt à redoubler d'effort dans ses projets de débat. Combien de jeunes sangs purs ne suivaient ces préceptes que par simple "éducation" et non pas idéologie ? Morgan était convaincu que la majeur partie d'entres eux ne savaient même pas de quoi ils parlaient, se contentant de répéter ce qu'ils avaient bien pu entendre chez eux.

C'est Kerwan qui le sort de sa torpeur, faisant un pas vers lui et le saisissant par le poignet. Morgan relâche son livre enrubanné d'une main pour laisser l'autre au serpentard alors que ce dernier se fait... Comme discret. un peu comme dans ces vieux films d'espionnage où le héros venait faire une confidence au second rôle, arrivé par erreur dans l'histoire.

- Si tu veux réellement être là quand ils tomberont, soit plus prudent. Tu peux te battre pour tes convictions en étant subtil, Morgan. Ce n'est pas en clamant haut et fort que le Seigneur des Ténèbres n'est qu'une mascarade que tu gagneras. Crois-moi. Qu'on soit en accord ou non avec ce qu'il veut promouvoir, il n'est pas une mascarade, bien loin de là. J'ai vu les visage ravagés par l'adulation. Ils l'idolâtrent et ils sont prêt à tout pour lui.

Morgan étrécit les yeux. Il en oubliant parfois que Kerwan était un sang pur. Il arrivait même qu'il oubli jusqu'à sa maison venimeuse... Voilà qu'il se le faisait rappeler et que cela le laissait tout à fait dubitatif. Le serpentard savait de quoi il parlait. Cela se voyait. Transpirait par chaque pore de sa peau même. Mais hélas pour lui, ça ne changeait rien aux convictions du serdaigle...

- Ils sont prêts à te faire taire et ça, Rabastan est capable de le faire. Il a la folie d'eux tous en lui et il n'hésitera pas si l'ordre lui en est donné.

Le silence toujours, alors que Kerwan, plutôt que de se faire évasif, évoque pour la première fois la menace clairement. Si "qui" lui en donnait l'ordre ? Morgan n'avait aucune importance... Surtout pas à 17ans. Les seuls auprès de qui il pouvait espérer vendre sa cause, c'étaient les élèves de cette école... Et on ne peut pas dire que la plus part d'entre eux soient réceptif.

- Vous êtes tous fous. Vous les prenez pour des moins que rien. Vous prenez tout ça à la légère. Alors comment comptez-vous les arrêter le temps venu ?! Ça n'a pas de sens... aucun sens...

Cette fois, c'est un signe de tête négatif que Morgan adressa à Kerwan. Non, là le serpentard avait tort. Loin de lui l'idée de sous estimé ce mouvement tapis dans l'ombre, bien au contraire...

- Non Kerwan, je ne le prend pas à la légère. Et c'est justement la raison pour laquelle je suis tellement concentré sur le sujet. Je ne me tairais jamais sur des principes aussi important que l'égalité. Le faire serait admettre que j'ai peur de... Ce sorcier.

Morgan s'était reprit à temps avant de prononcer son nom. Que Kerwan ne s'y méprenne pas, il ne le tairait pas ce nom qui, pour lui, ne devait pas prendre plus d'ampleur que le personnage auquel il était associé.

- Et bien sûr que je crois que je peux en parler avec le premier venu ! Plus que ça, je crois que je DOIS le faire. Tu sais Kerwan, je suis bien content que Dumbledore ne pense pas comme toi. Tu ne trouve pas ça particulièrement "pratique" toi, qu'il décide de me confier à moi ce journal, "cette année" justement après l'avoir mit à l'étude si longtemps ? Je suis sûr que lui aussi pense comme moi.

Le serdaigle se redresse légèrement, ramenant à lui sa main.

- Si je me taisais, j'aurais l'impression de laisser à tous les Rabastan de cette école la tribune libre. Je ne peux pas faire ça et peu importe si tu crois que ça pourrait m'attirer des ennuis.

Morgan hausse les épaules. Encore une fois, l'un et l'autre ne semblaient pas mettre la dangerosité de la situation au même niveau.

- Tu as peut être raison, je ne mesure peut être pas l'entendu de tout ce que cela cache. Mais toi Kerwan ? Est ce qu'à contrario, tu mesure l'étendu de ce que ceux qui comme moi ne se taise pas peuvent apporter ? Je suis fier de me faire bousculer par Rabastan et toute sa clique. Parce qu'au fond, c'est qu'ils ont peur de moi. Et non l'inverse.

L'adolescent vient poser sa main libre sur l'épaule de Kerwan, y faisant légèrement pression.

- Je te remercie de te faire du soucis pour moi parce que tu trouve que je l'ouvre trop.

Un petit sourire vient jouer sur ses lèvres.

- Tu es quelqu'un de bien Kerwan. Tu as demandé tout à l'heure ce que je croyais que tu pensais à propos de tout ça non...?

Après un court temps de silence, relâchant l'épaule du serpentard, Morgan observe un instant le château plus loin avant d'en revenir au visage suspicieux de son compagnon.

- Je crois que tu ne le sais pas exactement toi même. Tu aimerais pouvoir affirmer haut et fort tes opinions et en même temps tu te demande si se serait vraiment les tiennes. Tu aimerais croire que tu prends les bonnes décisions et pourtant tu restes à l'écoute des autres solutions, comme si elles te séduisaient plus que de raison mais que tu t'interdisais de les observer.

Morgan pousse un petit soupire, compatissant. Bon, ce ne sont que ses idées et il peut se tromper mais puisqu'il en était à répondre...

- Je n'aimerais pas être à ta place Kerwan. Tu ne perdras pas mon amitié si un jour tu m'annonçais que tu étais pro-sang pur. Tu la perdrais si tu voulais imposer tes idées aux autres par la force.

Le serdaigle plante sérieusement son regard dans celui de chocolat avant de lui demander, pour illustrer ses propos :

- Honnêtement, regardes moi Kerwan. Et si l'ordre t'en était à toi, et non pas à Rabastan... Est ce que tu chercherais à me ferais du mal ?
_________________
Prendre le temps de respirer 140
Je n'connais rien de sa vie
Je découvre son odeur
Et l'émotion qui m'envahit
Me fait un peu peur
On a laissé tomber la nuit,
J'ai écouté battre son cœur
J'ai l'impression qu'j'ai r'ssenti
C'qui s'appelle Le bonheur!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



Prendre le temps de respirer Vide
MessageSujet: Re: Prendre le temps de respirer   Prendre le temps de respirer Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Prendre le temps de respirer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Somewhere Around Nothing :: Poudlard :: L'Extérieur :: Le Parc-